12 autres choses à savoir sur Alger

04/06/2018, 23 h 40 min Partages0 choses à savoir sur Alger

Abonnez-vous


Temps de lecture estimé 5 minutes et 16 secondes

Après 12 anecdotes à connaître d’Alger, nous revoilà avec 12 autres petites informations pour briller dans les dîners mondains et aimer encore un peu plus notre bonne vieille capitale.

Géopolitiquement, historiquement ou culturellement, cette ville millénaire a des centaines d’histoires en son sein et des atouts bien à elle. Lumière ci-dessous sur 12 d’entre-eux.

1-La Station-musée d’Alger est la 3ème au monde

Inaugurée il y a peu, la station-musée de la Place des Martyrs est la troisième station de métro au monde de ce type, après celles d’Athènes et de Rome. La station-musée dans les trois cas cités est le résultat de travaux de fouilles qui ont provoqué un changement de plan afin d’intégrer directement les vestiges à la station. La station de St-Petersbourg (Russie), dont les oeuvres ont été seulement transportées vers elle, ne rentre ainsi pas dans la description.

2- 57 communes et 1190 km² :

Parmi les plus petites wilayas du pays par la superficie (1190 km²), Alger est la cinquième en termes de nombre de communes (57), derrière Sétif (60), Batna (61), Médéa (64) et Tizi-Ouzou (67). Du coté de la population, elle figure sans surprise à la première place en nombre d’habitants (4 millions selon le recensement de 2008 et 8 millions selon des estimations de Population Data en 2015).

3-Nom de Zeus ! Hercule était à Alger

À en croire Caius Julius Solinus dit Solin, grammairien latin du IIIe siècle, Hercule, demi-Dieu de la mythologie grecque, a été parmi les premiers à mettre le pied à Alger. Alors qu’il était en quête des « pommes des Hespérides », 1er de ses 12 travaux, Hercule traversait la baie avec vingt de ses compagnons. Las de chercher et séduits par les lieux, ils laissent Hercule poursuivre son aventure seul et décident de fonder une cité. Après de nombreuses propositions de noms, ils s’accordent sur Eikusi, qui signifie « vingt » en grec. Eikusi sera par la suite latinisée en…Ikosium.

4-De Galland à la Liberté :

Le Parc de Galland doit son nom à Charles de Galland, ancien maire d’Alger, qui a offert l’actuel terrain occupé par le parc à la ville après son mandat. Touchés par ce geste, les dirigeants d’Alger de l’époque nomment le Parc à son honneur. Il porte aujourd’hui le nom du Parc de la Liberté.

Similaire  Les régions d'Algérie à visiter selon les saisons

5-Le tableau le plus cher du monde est lié à Alger :

Inspiré par Eugène Delacroix, à qui il souhaite rendre hommage, Pablo Picasso sort en 1955 une série de peintures nommée “Femmes d’Alger”, en clin d’oeil à “Femmes d’Alger dans leur appartement”. 

En 2015, la version O de la série est mise en vente lors d’enchères. Le tableau sera vendu à 179,3 millions de dollars et devient ainsi le plus cher de tous les temps. Faisant ainsi rentrer un peu plus les femmes d’Alger dans l’Histoire et l’Histoire contemporaine de la peinture.

6-Alger est la première métropole du Maghreb…

Avec 8 millions d’habitants au compteur en 2015 selon Population Data et 4 700 000 en 2008 selon l’ONS, Alger est la premire métropole du Maghreb, devant Casablanca, Tunis, Tripoli ou encore Rabat mais l’hégémonie est aussi continentale.

7-Et la 4ème d’Afrique :

Derrière Lagos, Le Caire et Kinshasa, Alger se hisse à la 4ème place des plus grandes agglomérations du continent. Elle est à la 5ème place si l’on prend en compte la province du Gauteng en Afrique du Sud mais elle ne déloge pas du Top 5 continental.

8-Alger a sa propre villa Médicis :

Dar abdeltif article

Datant du 18ème siècle, la villa Abdeltif (El Hamma) passe pour être la villa Médicis d’Alger. Lieu de refuge des artistes depuis des décades, la villa a accueilli la crème de la scène contemporaine algérienne ainsi que nombre d’artistes européens. D’Antoine Ferrari à Léon Carré en passant par Marcel Damboise, Dar Abdeltif n’a jamais failli à s mission de maison d’artistes.

Aujourd’hui encore, elle couve avec attention les jeunes talents algériens (Manel Drareni, Myriam Zeggat, Khadidja Markrmal…), en accueillant leurs performances ou expositions.

9-À gauche toute !

Si l’on n’est pas familier du passé socialo-communiste du pays, il serait presque étonnant de croiser certains noms de rues. Les plus grands leaders socialistes des années 60-80 ont ainsi droit à un boulevard, une rue ou une place. De Général Tito à Allende en passant par Che Guevara, Olof Palme et Ho Chi Minh.

Similaire  Ateliers de tissage à Alger à partir du mois d'octobre

Les alliés de l’Algérie et leaders africains de l’époque, à l’image de Patrice Lumumba, ont également droit à un espace dans la capitale.

10-Nous sommes les sœurs ennemies jumelles

Malgré une rivalité de tous les instants entre les deux pays, l’Algérie et le Maroc ont lié leurs capitales à travers un accord de jumelage. Mais Rabat n’est pas la seule ville marocaine à être jumelée à El Bahdja. Casablanca est également unie à Alger et ce, depuis 1963.

11- Le Majestic était…Majestueux

Construite en prévision du centenaire de la colonisation française, la salle Le Majestic était, à son inauguration, l’une des 10 plus grandes salles de spectacle au monde. Située au coeur de Bab El Oued, la salle était dotée d’un toit ouvrant, d’une étable pour accueillir les animaux de cirque et d’une scène qui pouvait contenir jusqu’à 40 artistes.

Les plus grands artistes de l’époque, toutes origines confondues, et à leur tête Paul Anka, se sont produits devant les 4000 spectateurs qu’elle pouvait contenir. Aujourd’hui, la salle existe encore et vous devez peut-être la connaître sous le nom d’Atlas.

12-Une bague traditionnelle irlandaise est née ici

Claddagh ring alger

Bijou mythique en Irlande, le Claddagh Ring, bague souvent utilisée pour les demandes en mariage, aurait pour origine Alger. Ainsi, la légende la plus répandue porterait sur l’histoire de Richard Joyce, pêcheur originaire de Galway enlevé par des pirates et vendu à un orfèvre algérien au 17ème siècle.

Captif de longues années, Joyce profite de ce temps pour réaliser une bague symbôle d’amour, d’amitié et de loyauté, qu’il dédie à sa fiancée restée en Irlande. Pris d’affection pour son apprenti, l’orfèvre algérien propose à Richard de lui léguer la moitié de sa fortune et de lui donner sa fille en mariage ou de reconquérir sa liberté. Joyce décide de retrouver l’Irlande et l’amour de sa vie et emporte dans ses bagages le Claddagh ring.

Tags:    

Votre Avis (76 votes)

Votre vote a bien été pris en compte, merci!