À 18 ans, cet Algérien développe un jeu vidéo indépendant

16/07/2014, 18 h 51 min Partages0
Temps de lecture estimé 5 minutes et 27 secondes

Nous avons évoqué sur notre page Facebook la mise en ligne sur Google Play d’un jeu indépendant (Go UFO! de Evotrons), développé par un Algérien d’à peine 18 ans, prénommé Oussama B.. Vinyculture s’est entretenu avec ce lycéen passionné de jeux vidéo et d’informatique, l’occasion de revenir sur son parcours et sa vision du développement mobile-gaming.

>Avant tout, bonsoir et saha ftorek Oussama. Commençons par te présenter aux lecteurs qui te découvrent pour la première fois sur Vinyculture. 

Merci, ntouma zada. Je suis Oussama B. d’Annaba, lycéen de 18 ans et créateur du jeu Go UFO!. Deux autres personnes m’ont aussi aidé à la tâche, Zoheir qui à 16 ans pour la partie musicale et Mohamed, 19 ans, pour la partie édition et communautaire.

>Qu’est-ce qui t’a donné envie de créer ton propre jeu ?

Je pense que beaucoup de jeunes rêvent de créer leur propre jeu. C’est quelque chose de très séduisant à la base. Ensuite, il y a l’étape du passage à l’acte qui diffère. Pour ma part, je ne savais pas écrire une seule ligne de code il y a de cela deux ans. C’est en traînant sur un forum de jeu en-ligne, où un groupe de personnes qui débutaient dans la programmation de jeux vidéo partageait, que l’envie s’est transformée en décision.

Me voilà aujourd’hui avec un jeu de sorti, un autre en développement et beaucoup d’autres prototypes dans la besace qui m’ont servi à mieux maîtriser le code informatique. Chose drôle, depuis que je suis occupé à créer mes propres jeux, je ne joue plus beaucoup aux autres jeux vidéo.

2
Voilà à quoi ressemble Go UFO!

>Comment ont été tes débuts dans la programmation ?

C’était comme du chinois pour moi au début. Que des chiffres et de suites de caractères pas toujours facile à assimiler, c’était très difficile. Mais avec une bonne documentation en Tuto et en livres, j’ai petit à petit pris le pas pour n’avoir aucun problème aujourd’hui. J’ai crée Go UFO! en un mois, et un autre titre avec lequel j’ai gagné un prix lors du concours AGDF, en 4 mois.

>Comment as-tu connu tes acolytes d’Evotrons, et comment travaillez-vous ensemble ?

Il faut savoir que je suis de Annaba, Zoheir vit à Boumerdes et Mohamed à Batna. Je les ai connus sur internet en cherchant un compositeur musical et un web designer. Pour ce qui est du travail sur le jeu, chacun connait les tâches qui lui sont assignées, essaie de les réaliser du mieux possible, puis on colle les morceaux une fois le travail fini. Pendant que moi je créais le design et le game design du jeu, Zoheir s’attelait en parallèle à la musique, et Mohamed à préparer le site de la team et les pages communautaires.

>Quels sont les outils qui ont été utilisés ?

Pour le graphisme en 2D, j’ai utilisé Gimp. Sinon y a aussi Blender pour la modélisation 3D. Pour la piste musicale on a utilisé FL Studio, et enfin pour le développement en lui-même le moteur Unity 3D. Le jeu a quant à lui été codé en C#. Lorsque les logiciels ne sont pas Open Source, on travaille avec leurs versions gratuites, les versions Pro étant trop chères pour nous. On espère avoir du succès avec Go UFO! pour pouvoir à terme travailler en Pro sur tous les plans.

>En prenant un peu de recul sur le chemin parcouru, que penses-tu de la difficulté de faire des jeux vidéo ?

Pour faire un jeu simple et simpliste, c’est facile et à la portée de tous. Par-contre, pour faire quelque chose de plus abouti, de plus complexe, il faut beaucoup d’exercice et de rigueur. Et si on vise plus loin en voulant séduire un très grand public, il fait beaucoup d’intelligence, du talent et une bonne dose de chance, car le succès de Flappy Bird n’est pas quelque chose qui arrive souvent. Donc il ne faut pas trop entrer dans le milieu en se disant qu’on va gagner quantité d’argent, c’est faux.

Plus généralement, il faut être expert de son domaine. Toucher à tout est bien, mais ça ne donnera pas forcément le meilleur du concept travaillé. Être expert d’un domaine tout en travaillant avec des experts des domaines complémentaires est la meilleure chose à faire, tout en veillant à ne pas être trop nombreux, car cela pourrait entraîner des conflits sur les directions à prendre lors du développement. Et plus pragmatiquement, en tant que Chef d’équipe, il est plus facile de diriger 4 personnes qu’une vingtaine d’individualités.

1 2 3
Tags:       

Votre Avis (0 votes)

Votre vote a bien été pris en compte, merci!