Edito : L’austérité aura-t-elle la peau de la culture ?

26/05/2016, 12 h 30 min Partages0 culture-algérie-perdition

Abonnez-vous


Temps de lecture estimé 2 minutes et 38 secondes

C’est avec une grande émotion que ces lignes sont écrites. En effet, l’appel lancé par nos soins l’an dernier n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Souvenez-vous, nous reprochions le fait que les événements culturels se déroulaient, quasi exclusivement, durant le mois sacré de Ramadan.

Nous avons demandé donc à ce que ce mois ne soit plus une simple exception. Malheureusement, si vous relisez la phrase ci-dessus et que vous supprimez le mot « simple », la phrase prend une toute autre tournure. Et c’est à priori ce qui a été compris. Eh oui, en plus de la suppression d’une centaine de festivals culturels à travers le pays (austérité oblige, disent-ils), une quarantaine d’événements culturels privés ont également disparus de la liste , qu’ils se déroulent peu avant ou lors du mois sacré.

Similaire  Charles Aznavour n'est plus

Du coup, le message est semble-t-il bien passé, le Ramadan ne sera plus une exception. Mais au lieu que les onze autres mois de l’année y ressemblent, ce mois ressemblera aux autres. Il est vrai que la culture ne se résume pas aux festivals, aux « khaymates » et aux sorties nocturnes, néanmoins, il n’y a pas mieux pour la vulgariser. La rendre accessible.

Notre pays dispose d’une diversité culturelle incroyable mais très mal et très peu (voire pas du tout) exploitée. Un peuple épanoui peut servir son pays. Un peuple frustré ne voudra que le fuir. Et c’est exactement ce qui se passe.

Similaire  Charles Aznavour n'est plus

culture-algérie

Le jeune, aujourd’hui, cherche à fuir la morosité et la monotonie de son quotidien en quête d’un nouvel air et de nouveaux horizons, et l’on ne peut décemment le lui reprocher. À quoi bon demander au peuple de s’unir et d’affronter l’adversité si ce peuple n’a pas où se divertir ? Même durant la décennie noire, la société civile s’était battue pour maintenir la culture intacte*, puisqu’elle est au cœur de tout.

1 2
Tags:    

Votre Avis (0 votes)

Votre vote a bien été pris en compte, merci!