Partagez !
Temps de lecture estimé 1 minute et 53 secondes

2015 s’achève dans moins d’une semaine et une rétrospective sur ces derniers mois nous permet de nous souvenir et rendre hommage à ces hommes et femmes de culture disparus cette année.

L’année aura débuté par la disparition soudaine de Fatiha Berber en janvier, cette immense comédienne et actrice avait donné la réplique aux plus grands, et reste dans la mémoire collective pour son rôle dans « 3ayla ki enass » aux cotés de Athmane Ariouet.

Véritable ambassadrice de la littérature algérienne, Assia Djebar s’en est allée à l’âge de 78 ans en février dernier, laissant des millions de lecteurs et la cause féministe en Algérie orphelins. Le monde entier a rendu hommage à l’académicienne, qui laisse un grand vide dans la littérature contemporaine de notre pays.

Similaire  Appel à participation : restauration d'une ancienne maison à Timimoun

Le mois d’avril a eu raison de Sid-Ali Kouiret, acteur et comédien connu pour son rôle dans « l’opium et le bâton ». C’est à l’âge de 82 ans d’une suite d’une longue maladie que l’artiste a rendu son dernier souffle.

Film culte de toute une génération, « le clandestin » a perdu son papa, Benamar Bekhti, en juin dernier. Le réalisateur, qui a également travaillé sur « l’épopée de Cheikh Bouamama » laisse un bel héritage au cinéma algérien.

En septembre, Boudjemaa El Ankis, chantre du chaâbi rend l’âme à son tour. Natif de la Casbah, le musicien a évolué aux cotés d’un certain M’hamed El Anka, et reste avec ce dernier, l’un des pairs du genre.

Similaire  AARC : Abdelkader Bendamèche nommé Directeur général

Moujahida, professeure, sociologue et auteure, Claudine Chaulet a énormément donné au monde de l’éducation et à l’Algérie jusqu’à ce triste mois d’octobre, où à l’âge de 84 ans, elle est partie rejoindre un autre combattant de la guerre de libération ; son mari, disparu deux ans plus tôt.

Dernier en date à nous quitter, le chanteur kabyle Taleb Rabah est décédé ce 22 décembre à l’âge de 85 ans. L’interprète de « dunith medden tefreq » a été enterré dans son village natal de Tizit dans la wilaya de Tizi Ouzou. 

De cette liste malheureusement bien trop longue, n’oublions pas la disparition de Belkacem Bouteldja, l’un des pères fondateurs du raï à Oran.