Cinéma- L’Algérie rafle 3 prix à Oran

28/07/2016, 16 h 17 min Partages0 festival-oran-film-arabe
Temps de lecture estimé 1 minute et 46 secondes

Du 22 au 27 juillet s’est tenue, à Oran, la 9ème édition du Festival International d’Oran du Film Arabe (FIOFA), avec plus de 34 films en compétition dans diverses catégories.

La dernières journée du Festival a vu le long métrage égyptien « Nouara  » de la talentueuse réalisatrice Hala Kahlil remporter le Wahir D’or. Dans le même temps, le prix du jury dans la meme catégorie est quant à lui revenu au film marocain « Massafat mil bi hidaii  »  du réalisateur Said Khellaf . «  Samt eraii » du cinéaste irakien Raad Mechtet a pour sa part obtenu « le prix spécial » de la compétition.

L’actrice Mouna Chalabi dans le film «  Nouara » et l’acteur libanais Alain Saada  dans le film « Kathir kabir » ont, respectivement, remporté le prix de la meilleure interprétation féminine et masculine.

Enfin, le prix du meilleur scénario est revenu à Joud Said (Syrie) pour le film « Fintidhar el kharif  ».

 

Qu’en est-il des représentants algériens ?

Avec trois récompenses à la clé, la 9e édition du FIOFA à été plus que prolifique pour le cinéma algérien .

Le prestigieux prix du meilleur réalisateur a été octroyé à  Lotfi Bouchouchi pour son film « Le puits » adoubé , adopté et adoré  par le public. Le récit prend place dans un village du sud algérien ou un groupe de villageois se trouvent assiégés par des colons. Peur de sortir de chez eux sous peine de mourir, la faim et la soif s’installe petit à petit. Le film se présente comme étant un huis clos saisissant sous fond de récit historique.

Coté court-métrage, l’œuvre de Damien Ounouri « Kindil el bahr », déjà présent lors de la quinzaine des réalisateurs au dernier festival de Cannes, a remporté le prix du jury. Rappelons que l’intrigue, oscillant entre récit fantastique et réaliste, dresse le tableau de la femme dans la société algérienne.

1 2
Tags:      

Votre Avis (0 votes)

Votre vote a bien été pris en compte, merci!