Le couscous officiellement inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO

Spread the love
Temps de lecture estimé 1 minute et 3 secondes

Le couscous, plat typique d’Algérie et de la région du Maghreb, est inscrit officiellement et depuis aujourd’hui, au patrimoine immatériel de l’UNESCO.

Mais le couscous n’y entre pas seul ! Les savoirs, savoir-faire et pratiques liés à sa production sont également inscrits par l’organisme rattaché à l’ONU.

Le dossier, présenté lors de la 15e session du comité de sauvegarde du patrimoine immatériel de l’UNESCO, a connu sa validation aujourd’hui.

C’est une candidature commune à quatre pays, à savoir l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et la Mauritanie qui a abouti à l’inscription de ce mets. Au poisson, au bœuf, au raisin ou au poulet, ce plat dépasse le cadre de l’Afrique du Nord, puisque exporté depuis des décennies par les diasporas des pays cités.

Sept, chiffre porte-bonheur

Cette inscription porte à sept le nombre d’inscriptions à la liste du patrimoine immatériel de l’Humanité par l’Algérie. La chedda tlemcenienne, l’Imzad (en collaboration avec le Niger et le Mali), la fête de la Sbiba ou encore l’Ahelil de Gourara en font entre autres partie.

Du coté des inscriptions algériennes au patrimoine matériel de l’Humanité, le nombre est également à sept, avec notamment l’entièreté de la cité de la Casbah d’Alger ainsi que les Ruines Romaines de Tipaza.