Critique littéraire : Troisième Humanité – Bernard Werber

15/09/2014, 15 h 41 min Partages0 bernard-werber- troisième humanité
Temps de lecture estimé 2 minutes et 40 secondes

la-troisième-humanité

Quel avenir pour l’Humanité ? Voilà la question posée et décortiquée par Bernard Werber dans ce livre, qui aborde, tout comme dans la trilogie des fourmis, l’infiniment petit.

Dans quel sens va l’évolution ? Est-elle du côté des buildings toujours plus haut, toujours plus grands ? Ou bien plutôt celui de la nanotechnologie et du perpétuel rapetissement ?

bernard-werber-troisieme-humanite-610

Scénaristiquement, ce questionnement est crucial et représente le top départ d’une course scientifique qui vise à anticiper le futur de l’humanité, afin de prendre de l’avance sur les fatalités qui la menacent et ainsi éviter une extinction irrémédiable de l’espèce, si confrontée à elles trop tard.

Pour ceux qui ont l’habitude de l’auteur, ils retrouveront ici les thèmes qui lui sont chers, avec cette fois une dominante anthropologique. Pour les nouveaux initiés, sachez qu’on nous sert sur un plateau toutes sortes de thématiques, de la religion à la science en passant par la mystique et l’art de la guerre, présentées sous la forme d’un pseudo-thriller scientifique.

Sur cette lecture,  on voyage, on apprend, on s’instruit, on pense, on philosophe, on se questionne, on rigole, on fait à peu près tout ce qu’on a l’habitude de faire en lisant du Bernard Werber, c’est-à-dire se goinfrer d’un pot-pourri culturel particulièrement riche, à même de vous transformer en parfait candidat pour Question pour un Champion. De quoi faire sérieusement trembler le 4 à la suite de Julien LePers.

logo-UHH« Ce n’est pas parce qu’il sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison »

Cela dit, si la culture et les idées y sont légion et représentent tout l’intérêt, il faut vous prévenir d’une chose : le style n’y est absolument pas. Ce n’est pas classe, ce n’est pas spécialement bien raconté, on trouve même parfois des incohérences et des raccourcis scénaristiques trop gros. Il est clair que votre français ne gagnera pas en grâce non plus, tout étant narré de la manière la plus directe possible, sans aucun embellissement stylistique.

Mais est-ce un défaut pour autant ? Pas vraiment du moment que vous savez à quoi vous attendre. Voyez, il en va du désir même de l’auteur de ne pas enrichir le style, mais plutôt le contenu, afin de garder à la fois une accessibilité tout public et une mine d’informations qui ira inspirer « Dormirmoinsbetes.com ». J’insiste sur ce point pour que vous sachiez d’emblée vers quel type de lecture vous vous dirigez.

Troisème-Humanit

600 pages plus tard

Loin d’être son meilleur ouvrage, Troisième humanité s’avère très varié, parfois original et a le mérite de poser les bases solides d’une trilogie dont le troisième et dernier volet (la voix de la Terre) est sorti cette année. Si c’est votre premier abordage dans l’univers de Bernard Werber, alors je vous redirigerai plutôt vers sa trilogie des « Fourmis » ou encore le Cycle Aventurier de la Science, composé de trois romans distincts, bien meilleurs pour découvrir l’auteur.

Pour les habitués, attendez-vous à un cru moyen-bon qui servira surtout de socle à ce qui suivra dans l’intrigue de la trilogie.

1 2
Tags:     

Votre Avis (0 votes)

Votre vote a bien été pris en compte, merci!