Critique Ludique : Kid Icarus Uprising – 3DS

14/11/2013, 16 h 39 min Partages0
Temps de lecture estimé 10 minutes et 42 secondes

Kid Icarus Uprising est l’une des exclusivités sur laquelle Nintendo a le plus compté pour attirer les gamers sur sa console portable la 3DS. Le père de Kirby et de la saga Super Smash Bros. Étant derrière les manettes, les attentes étaient vraiment grandes et la pression conséquente sur les épaules de Masashiro Sakurai.

kid icarus_uprising

Contexte : le phoenix blanc rejaillit de ses vieux pixels 8-bit

Jaquette NES

Kid Icarus est à la base un jeu paru en 1986 sur NES, en parallèle de la série utérine Metroid avec laquelle elle partageait beaucoup d’éléments. Depuis, seul un épisode sur Gameboy en 1992 a refait parlé du héros Pit, la licence tombant dans l’oubli le plus total après ça.

Il faut attendre seize longues années avant d’en entendre parler à nouveau, et ce fut via Super Smash Bros Brawl sur Wii où Pit vivait son grand retour en rejoignant le roster des combattants jouables. Si la surprise fut de taille en découvrant ce come-back, on était loin d’imaginer le glorieux destin que lui réservait Masashiro Sakurai.

En effet, le petit ange a eu l’ultime bénédiction d’avoir un nouveau jeu dont il sera le saint personnage principal, présenté à l’E3 2010 comme la Killer app de la 3DS tout juste annoncée.

Concept & Gameplay : Shoot’em up x Beat’em all

Dans ce nouvel épisode intitulé Kid Icarus Uprising, Pit change complètement de genre de jeu et verse dans un mélange de shoot’em up à la StarFox et de Beat’em All bien bourrin. Ce changement s’illustre à travers trois phases de jeu qui rythment toutes les missions du solo et qui s’enchaînant comme suit :

1- Phase aérienne : Jack regarde, je vole !

Pit vole automatiquement tandis qu’il incombe au joueur de le diriger aux quatre coins de l’écran, pour esquiver la ballarde de projectiles ennemis à la manière du rail shooter StarFox.

Très agréable à l’œil, ces phases sont très bien rythmées, superbement mises en scène et propices aux meilleurs dialogues du jeu, importante composante dont on reparler plus tard dans la critique. Si l’on devait trouver à redire, c’est au niveau de la palette de mouvement qu’aurait souhaité plus grande, car au final, on n’arrête pas de suivre un schéma circulaire, concentrant nos effort sur la visée plus que sur le déplacement.

Chose importante à savoir, malgré sa qualité d’ange Pit ne peut voler par lui-même. C’est uniquement grâce au don que lui fait la déesse de la lumière Lady Palutena et qui ne dure que cinq minutes avant d’embraser Pit. Du coup, au bout de ce temps imparti, il est obligé d’atterrir, continuant le chemin à pied dans la plus grande hostilité adverse.

2-Phase terrestre : Peu importe votre nombre, aucun de vous n’en réchappera !

Contrairement au vol, l’ange est sous notre entier contrôle sur terre. On progresse dans des niveaux plutôt linéaires en se débarrassant de vagues d’ennemis. Dit comme ça, ce n’est pas très sexy, mais dans les faits, le gameplay est tellement nerveux, tellement jouissif, qu’on prend un pied monstre à défaire tous les différents types d’ennemis. Et pour cause, Kid Icarus Uprising possède un bestiaire hyper varié.

Que ce soit en termes de chara-design ou de game-design, chacun d’eux tire son épingle du jeu. Ce qui fait que malgré la progression qui consiste juste à tirer sur tout ce qui bouge, les différents points faibles de l’ennemi vous obligent constamment à changer votre approche. Si vous jouez la brut tout du long, vous ne ferez certainement pas long feu.

3-Combat de boss : lui faire manger des pissenlits par la racine

Enfin, la conclusion se fait systématiquement par un combat de boss (la plupart du temps en arène). Le design des monstres fait souvent mouche, l’affrontement est toujours dynamique et leur difficulté n’est jamais insurmontable, quoique dépendant fortement du niveau de difficulté dans lequel vous jouez. Leurs morts enclenchent une cinématique qui gère la transition avec votre prochain objectif.

medusa-kid-icarus-14855-1366x768

Système de jeu : à toi de faire le choix : la rouge ou la bleue ?

Avant d’entamer un chapitre, le jeu vous propose de choisir une arme et une grille de talents. Qu’est-ce donc ? J’y viens. L’arme vous l’aurez deviné, intelligents que vous êtes, sera votre outil pour éradiquer toute menace. Au début, on vous donne une arme faiblarde, tout juste bonne à finir les premiers niveaux. Ensuite, c’est à vous de collecter le plus d’arme possible dans les niveaux ou en tuant des ennemis. Ces armes seront stockées et pourront être essayé avant de vous en équiper, histoire de vérifier qu’elle vous convient. Autre chose, il est aussi possible d’acheter des armes en boutique ou encore d’en créer, en fusionnant deux armes dans votre armurerie.

1 2 3 4
Tags:         

Votre Avis (0 votes)

Votre vote a bien été pris en compte, merci!