fbpx

Découverte Comics: Ultimates

Spread the love

On y est, première « critique » comics sur Vinyculture et autant dire qu’il en a fallu du temps pour choisir le bon, que ce soit accessible pour les débutants et en même temps passionnant et représentant une lecture intéressante car très souvent on tombe dans le piège du « c’est pour les gamins » ou bien « c’est mal dessiné » mais nous espérons qu’avec cette découverte ce ne sera pas le cas, faites place à « Ultimates » de Mark Millar et Bryan Hitch.

the-ultimates

Contexte éditorial:

Ultimates était l’une des premières séries lancées avec l’initiative « Ultimate » de Marvel Comics en 2002 qui visait à reprendre des personnages PlancheA_52343existants dans un univers plus moderne et beaucoup plus accessible, faisant abstraction des 50 années établies dans l’univers dit classique. On retrouve alors dans la série l’équipe des Avengers, appelée ici Ultimates pour plus de cohérence étant donné que le titre original n’avait servit à rien par la suite, et plus particulièrement Captain America suite à sa congélation durant la seconde guerre mondiale. Il se retrouve dans notre monde, un monde moderne et bien différent de ce qu’il a connu et fera la connaissance du S.H.I.E.L.D. et des Ultimates.

Il faut savoir que dans l’univers Ultimate, les scénaristes cherchent toujours à garder une ambiance réaliste (même pour un géant gris et un gars habillé en drapeau américain) puisque contrairement à l’univers classique, ces histoires sont réellement ancrées dans notre réalité et particulièrement Ultimates qui reste un chef d’œuvre de part ses scénarios, ses dessins mais aussi ses personnages matures, traités de main d’œuvre avec une profondeur incroyable, passionnants de bout en bout et évoluant au fur et à mesure du récit. Des personnages qu’on connait déjà à travers les comics traditionnels mais qui sont retranscrits de façon plus humaine ici avec des humeurs et des réactions nous ressemblant un peu plus. Le but étant bien-sûr de rapprocher le lecteur de ces personnages et d’attirer sa sympathie.

FA_illustration_000179_0x260Il faut toutefois savoir que vous ne retrouverez pas dans ces récits les mêmes personnages que vous connaissez, Iron-Man y est par exemple dépeint d’une façon assez différente avec une armure entièrement revue. Thor quant à elle (lapsus que je ne corrigerai pas) est vu comme un pacifiste Norvégien préservateur au début du récit. Captain America un patriote aguerri et un stratège hors pair mais aussi quelqu’un de dépassé par le temps, de perdu et d’instable par moments. L’univers Ultimate ne reprend que les personnages, les bases de leur caractère et raconte des histoires totalement différentes.


Scénario:

ults_11Autant dire que sur les deux saisons majeures de la série de Mark Millar, il n’est jamais question de s’ennuyer. Les débuts présentent l’équipe et font intervenir tous ses membres dans son propre environnement, puis l’on apprend que Nick Fury cherche à recruter des hommes et des femmes hors du commun pour contrer une menace à venir. Par la suite, une référence majeure à  Avengers #1 (1964) est faite à travers un combat titanesque contre Hulk, une ambiance et un rythme fou nous entrainent. La grande force des récits vient de l’orientation psychologique que prend l’histoire à travers les différents soucis auxquels les personnages peuvent avoir affaire: alcoolisme, violences conjugales, folie… Le but est de nous faire comprendre que ces grands êtres sont d’abord des hommes. Et en cela réside une force puisqu’on s’y attache et s’y identifient dès le départ. L’autre force vient d’une opinion publique souvent présente, et ce, particulièrement durant le premier arc où le gouvernement américain cherche à convaincre le peuple que les millions de dollars dépensés pour former l’équipe serviront à quelque chose. Sur ce point le récit prend une toute autre tournure où les personnages cherchent souvent à s’afficher, à devenir des idoles. L’abus de pouvoir d’une façon ou d’une autre prend le dessus malgré une bonté à toute épreuve.

Mais bien évidemment l’action n’est pas en reste, comme dit plus haut, le premier arc voit l’équipe confrontée ult3à Hulk qui, une fois n’est pas coutume, perd le contrôle et redécore New York à l’image de son esprit tourmenté. Le combat finit, Nick Fury prend soin de camoufler l’affaire en cachant le fait que Hulk fasse en fait partie de l’équipe, faisant ainsi passer le combat pour un triomphe de son côté et la réussite du projet « Ultimates », montrant ainsi les prémices d’un personnage calculateur et manipulateur contrairement à son homologue de l’univers classique qui était plus terre à terre même si moins conformiste que celui-ci… Non, pas d’allusion à la couleur de peau qui change. A partir de ce moment les choses iront de pire en pis puisque Janet Pym (La Guêpe) fait face à Hank Pym (Giant Man), son mari donc, qui suite à une dispute très violente, l’envoie à l’hôpital gravement blessée et dans le coma. Par la suite, les Chitauri débarquent et avec eux un désespoir fou et une idée simple: Ils représentent le système immunitaire de l’univers, et ils doivent empêcher toute espèce de développer une pensée libre. S’ensuit un combat titanesque entre eux et les Ultimates dont ces derniers sortent vainqueurs. Nick Fury est content de son équipe tout comme la terre entière., tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Une scène ayant fait polémique en France.
Une scène ayant fait polémique en France.

La deuxième saison débute alors avec le procès de Hulk dont les actes de la première saison ont finit par être divulgués au grand jour, le peuple américain demande à ce que Bruce Banner écope d’une peine de mort, pour toutes les morts et la destruction qu’il a causées. S’ensuit la descente aux enfers de Thor que le S.H.I.E.L.D croit être un imposteur et lui envoie les Ultimates pour le neutraliser. Thor se retrouve dans sa cellule à se demander s’il n’est au final pas réellement fou après la visite de Loki, son demi frère, qui se moque de son état. Encore une fois, les choses empirent: Les Libérateurs, conséquence d’une union militaire secrète contre les États Unis, prennent le contrôle de l’Amérique et de son arsenal nucléaire en quelques heures et proclament sa fin en détruisant la statue de la liberté. Ils ont réussit à mettre de côté chaque membre des Ultimates avec l’aide de Loki. Bien évidemment ces derniers réussissent à se libérer et retournent la situation contre leurs opposants à travers un long combat qui se termine avec une confrontation épique entre Thor et Loki.

Il est absolument délicieux de suivre ce récit non seulement grâce aux interactions entre lesultimates-bryan-hitch personnages mais aussi les scènes d’action. Les situations se suivent et les mystères se succèdent avec toujours une ligne conductrice, on ne comprend pas tout dès le départ mais quand ça arrive, on le sent et l’excitation monte au fil du récit. Les scènes d’action sont titanesque grâce à des dessins auxquels nous reviendront mais aussi des répliques et des personnages toujours crédibles et enragés suivant les situations auxquelles ils font face. Trahison, rencontres, amitié, amour et conflits sont aussi au rendez-vous sans pour autant être mis de côté, au contraire ces éléments s’intègrent de façon tellement logique à l’intrigue et on prend du plaisir à suivre chacun des éléments de cette épopée à ne pas rater.

Dessins:

Bryan Hitch fait ici un travail incroyable, beau, épuré, adulte, un travail qui donne réellement un ton plus moderne au récit à travers des visagesultimates-bush extrêmement expressifs et très réalistes, son travail sur la série est d’ailleurs une rareté puisque par la suite son niveau a nettement baissé. Autant donc en profiter puisqu’en plus des têtes connues apparaissent telles que l’ancien président des États Unis: Georges W. Bush qui discute avec Captain America pendant un court instant. Les scènes plus mouvementées sont quant à elles grouillantes de détails et il est impossible de passer dessus sans contempler pendant plusieurs minutes afin de ne rater aucun détail. Les splash pages sont très nombreuses et rajoutent réellement de l »epicness » aux combats.

millar-ultimates_earth-1610_01Il faut aussi savoir que le monsieur a travaillé sur le nouveau design des personnages dans la série et sur ce point, c’est une réussite encore une fois même si l’armure d’Iron-Man prend par moments des airs d’ovnis. Les personnages sans leur costumes restent toutefois les mêmes que dans la version classique mais ici aucun visage ne ressemble à l’autre et c’en est vraiment impressionnant. Contrairement à d’autres dessinateurs, Hitch a réellement fait un travail immense sur la série et ça se sent à travers les retards que lui a faite subir pendant sa parution. Son travail est toutefois universellement reconnu de part ses qualités apparentes.

En définitif,  Ultimates est un récit aux qualités sûres et représentant un point d’entrée des plus aboutis pour les débutants. L’histoire est extrêmement bonne avec des personnages passionnants d’autant plus que les dessins rendent le tout plus moderne. Mais c’est surtout le ton adulte de la série, ses enjeux et ses thèmes qui nous attirent à travers des intrigues aux multiples rebondissements et faisant intervenir plusieurs éléments propres aux comics d’une toute autre façon qui nous fait dire « Si seulement le film Avengers ressemblait à ça… ».

Vous attendez quoi? Cliquez pour admirer.
Vous attendez quoi? Cliquez pour admirer.

Bonus:

Sachez que deux films d’animation adaptés de la série de Mark Millar et Bryan Hitch sont sortis il y a quelques années, si le premier est une adaptation assez fidèle de la première saison d’Ultimates, le deuxième prend un tout autre chemin et fait intervenir le personnage de la Panthère Noire, apparue bien après dans les comics Ultimate dans une version très différente.

[yframe url=’http://www.youtube.com/watch?v=R_Tgw6f61Vg’]

[yframe url=’http://www.youtube.com/watch?v=KLiS8xmlbmo’]