fbpx
Captendo

Découvrez Captendo, podcasteur algérien autour des mangas et jeux vidéo

Spread the love

Le tissu de podcasteurs algériens s’enrichit de plus en plus au fil des années. Pour en savoir plus sur cette activité, Vinyculture est allé s’entretenir avec Captendo, un podcasteur méritant le détour et qui promet de connaitre un beau succès. Sa spécialité : l’univers des mangas et des jeux vidéo. Comment s’est-il lancé ? Comment s’organise-t-il ? Tout ce qu’il y a à savoir sur le sujet, vous le saurez à travers cette interview.

Pic

Idir Ihamichene, 5ans
Idir Ihamichene, 5 ans

Bonjour Captendo, commençons par te présenter brièvement à nos lecteurs : Qui es-tu ?

Bonjour ! Je m’appelle Idir Ihamichene, je vis à Alger Centre, j’ai 33 ans et je suis réalisateur en freelance. Mon job consiste à m’occuper de la réalisation de publicités, voire de séries plus récemment, soit en respectant le cahier des charges d’un client soit en allant moi-même de l’avant, en amenant une idée personnelle, artistique et créative.

On comprend mieux ainsi ton choix de faire des podcasts, tu restes dans ton élément. Des exemples de projets sur lesquels tu as travaillé à nous montrer ?

Bien sûr, voici un exemple de publicité conçue et réalisée par moi-même :

Et celle-ci,  c’est le genre de pubs plus classiques sur lesquelles je travaille à partir d’un concept déjà validé par un client :

Depuis combien de temps travailles-tu dans le domaine et quel chemin t’y a mené ?

J’expérimentais tout plein de choses chez moi, de l’animation classique au stop motion, sans oublier l’illustration. C’est un attrait que j’ai pour la créativité. J’ai d’ailleurs rejoint l’école des Beaux-Arts après le Baccalauréat (2001), où contrairement à ce que je pensais, j’ai beaucoup plus évolué dans la théorie que dans la pratique.

Ensuite, j’ai rejoint un studio d’animation en 2004, Numidia Arts, où j’ai été successivement animateur puis storyboarder. C’est à ce moment précis que la mise en scène est devenue de plus en plus attirante à mes yeux. Puis j’ai intégré la boîte de production Factory Corp en 2006, qui a abouti à mon premier projet publicitaire conçu et réalisé par mes soins, en 2007. Je suis en freelance depuis 2010 maintenant.

Maintenant qu’on en sait plus sur toi, parle-moi de ton comparse, car si j’en crois ton podcast, vous êtes deux à le concocter

Mon partenaire s’appelle Chouaîb Belamri et est étudiant à Bab Ezzouar. Je l’ai rencontré il y a à peine un an dans une association culturelle. D’abord, l’entente était basée sur notre passion commune des jeux vidéos et de la collection de jeux rétros. Par la suite, je l’ai vraiment apprécié pour sa maturité malgré son jeune âge (20 ans) et des fois j’ai l’impression qu’il est plus sérieux que moi.

Dès que je lui ai parlé de mes projets de web-émissions, il a immédiatement exprimé son désir de participer à leur élaboration, à tous les niveaux (écriture, interprétation, post-production, même composition musicale). Il y a aussi « Eva » dans le groupe, elle c’est plus pour interpréter des rôles féminins, vous avez pu entendre sa voix dans l’épisode 2.

D’où est venue l’idée de réaliser de telles émissions ? Est-ce un vieux projet longtemps mis de côté ?

Ça me trottait dans la tête depuis 2007 environ, quand j’ai découvert le Angry Video Game Nerd (AVGN) James Rolfe, un américain qui faisait des podcasts avant même l’existence de Youtube. Mais ce n’est qu’en voyant le Joueur Du Grenier importer l’AVGN en France et l’adapter, que je me suis dit qu’il fallait que je me lance.

Malheureusement, le projet comme je me l’imagine me prend trop de temps à mettre en œuvre, car à côté il faut bien payer son loyer.
Le podcast que je veux lancer depuis 3 ans environ n’a toujours pas été tourné, à cause des fréquentes réécritures et bien entendu mon travail. Je n’arrivais pas à lui donner une forme définitive et ce n’est que récemment qu’on a trouvé une formule qui plaira aux algériens, du moins on l’espère.

Qu’en est-il des émissions « Captendo Explique » déjà en ligne ?

« Captendo Explique », entre l’idée et la réalisation du premier épisode, il s’est passé une dizaine de jours dont cinq consacrés au montage. Je pense que c’est un parfait exemple de deux projets, l’un qui traîne parce qu’on veut trop en faire, et un autre qui se lance immédiatement parce qu’on est plus spontanés.

Peux-tu nous en dire davantage sur le grand projet en gestation  ?

Sans trop m’avancer, je peux vous dire que le thème sera le jeu vidéo, d’une,  et que l’idée est de s’attaquer à certaines idées reçues au sein même de la communauté des joueurs, de deux.  Il y aura des tests quand ça sera nécessaire, mais ça sera plus thématique comme émission. Maintenant regarder bien ce Stylo…

*FLASH*

Capture

Ton pseudo, j’ai l’intime conviction qu’il s’agit d’une contraction de Capcom et de Nintendo. J’ai bon ?

C’est exactement ça, à croire qu’on t’a soufflé la réponse ! C’est le mélange de Capcom et Nintendo, je traîne ce pseudo depuis 2003 ou 2004.

On sent que le jeu vidéo est assez important pour toi, comment expliquer la présence de contenu en relation avec le manga uniquement ?

Écoute, je suis un pur produit des années 80 et donc mangas, jeux vidéos et cinéma ont une forte influence sur moi. J’ai vécu l’époque des mangas diffusés sur l’ENTV, le Club Dorothée, l’avènement de la VHS puis celui du numérique. Le manga est un média aussi important pour moi que le jeu vidéo. Et comme le manga prend de plus en plus de place chez nous, je me suis dit qu’une émission là-dessus pourrait trouver son public, d’autant plus que presque tous les youtubeurs algériens choisissent presque automatiquement le thème des jeux vidéos.

Comment choisis-tu les mangas que tu critiques et quels sont tes critères ?

Là on va s’intéresser plus au concept de l’émission. Le but est d’inviter les gens à prendre un certain recul par rapport aux mangas, les plus récents particulièrement. On va alors choisir soit des mangas trop connus qu’on trouve surestimés (comme l’attaque des titans dans l’épisode 2) , soit des mangas pas trop connus mais qui mériteraient de l’être. Pour le genre, on est ouvert à tous, tant que ça peut se regarder en famille.

On essaiera également d’introduire aussi des dessins animées autre que japonais (dans les conclusions, à titre de comparaison par
exemple), toujours dans l’optique de faire prendre du recul par rapport aux mangas.

Comment juges-tu ton début ? Es-tu satisfait et toujours motivé ?

Disons que je suis étonné de l’accueil positif des gens, surtout par rapport au premier épisode qui était vraiment lent et ennuyeux à mes yeux. Le nombre de vues n’est pas trop impressionnant, mais c’est surtout l’accueil des gens qui nous motive le plus.

Prévois-tu avec ton équipe de respecter un rythme de publication régulier ?

On mise sur une vidéo par mois. Certes, on pourrait faire plus mais on préfère libérer suffisamment de temps à l’écriture qui reste l’atout le plus important du youtubeur qui veut démarrer. Nous avons entamé l’écriture de l’épisode 3 avant la sortie du 2 par exemple. Pour ce qui est du déroulement du tournage, c’est assez Freestyle pour le moment, y a pas de procédure bien définie, ça viendra avec l’expérience.

Pour le matos utilisé, je me sers d’un bon petit appareil photo numérique (même pour enregistrer les voix off), un canon G12, et je monte exclusivement sur Adobe Premiere. Mais je compte emprunter du matos pro dès le prochain épisode inchallah.

canon.ca

Comment gères-tu cette occupation vis-à-vis de ton gagne-pain ?

Ça dépend des périodes en fait. Comme pour l’instant je suis le seul à monter et à faire la post-production, je sens que l’épisode 3 risque de tarder un peu à cause d’un projet pour lequel on m’a contacté hier, et du montage de mon court-métrage qui va enfin se faire inchallah !

Qu’est-ce qui pourrait mettre fin à l’aventure Captendo ?

Premièrement, si on n’arrive pas à faire de meilleures audiences. Ensuite à long terme, si ça ne débouche pas vers quelque chose de viable. Ça prend quand même beaucoup trop de temps à faire mine de rien, mais nous ne pensons pas encore à ça, nous sommes dans l’étape où on y croit et on est motivés.

Comment réagis-tu face aux critiques assez cassantes ? Cela ne te démotive pas ?

Pas du tout ! C’est généralement des gens trop attachés aux mangas pour pouvoir accepter qu’on les critique, même si ce sont des critiques mûrement réfléchies. Souvent, leur arguments sont des excuses pour l’auteur, ce qui au final, ne fait que souligner la présence de ces défauts qu’on cite dans notre texte.

sixrevisions.com

Comment vois-tu le futur de Captendo, comment évoluera-t-il et dans quelle direction ?

C’est un sacré personnage, j’espère le voir dans pleins de podcasts où il contredira tout le monde, et peut-être finir en une petite fiction intimiste à petit budget.

Pourquoi cette envie d’aller à l’encontre du consensus commun  ? Tu aimes la contradiction ?

J’avoue que c’est un peu dans ma nature, même si je n’en abuse pas. Mais pour les podcasts c’est pas personnel en tout cas, j’aime bien entendre les gens parler avec leurs propres arguments même s’ils ont tort, plutôt que de les voir approuver des opinions sans trop savoir pourquoi, car à la fin d’une discussion de ce genre, les arguments échangés sont plus importants que la conclusion.

Qu’est-ce qui te fait aimer le mangas et quelles sont tes références dans ce domaine ?

L’ampleur émotionnelle d’une œuvre est toujours ma première motivation. Les mangas plus vieux ont toujours su transmettre de très fortes émotions. Akira sera à tout jamais le plus beau film d’animation que j’ai jamais vu, rien qu’à penser au petit flash-back à la fin, où on voit la naissance de l’amitié entre Keneda et Tetsuo. Aaaah! J’en ai vraiment la chair de poule rien qu’en repensant à cette scène !

Et justement, les émotions je les retrouve surtout dans des œuvres américaines, comme The Iron Giant et The Incredibles de Brad Bird ou The Walking Dead.

Tu as migré vers les Comic books alors ?

Migré peut-être pas, mais je leur réserve une très grande place, ils ont fait un spectaculaire bond en avant depuis la moitié des années 90 (les Bd les plus populaires, car la scène underground a toujours été très riche), et je découvre régulièrement des perles méconnues
.
Je pense que ce qui a beaucoup nuit aux comics books c’est Disney de façon indirecte, car en monopolisant l’animation, ils ont empêché la production de séries d’animations de qualité adaptées des BD américaines, et ce sont justement les belles séries animées japonaises des années 80 qui ont ouvert la voie aux manga dans le reste du monde.

Akira
Akira

Verrons-nous un jour des critiques de comics sur votre chaîne ?

Peut-être, je pense que vous verrez surtout des critiques d’animations américaines pas trop connues, ou même connues mais sous-estimées comme « Le Dernier Maître de l’Air » que je trouve sublime.

Quels sont tes mangas favoris ?

Akira, Hokuto No Ken, Saint Seiya, Perfect Blue, Nos voisins les Yamada, Porco Rosso, Neon Genesis Evangelion.

Revenons au jeu vidéo. Joues-tu toujours ? Que penses-tu de la Next-Gen ?

J’ai commencé à jouer aux jeux PS3 et 360 il y a un an, j’étais trop pris avec les perles ignorées de la Wii. Pour la nouvelle génération, j’ai une chose à dire: Uncharted. En espérant très fort que L’épisode Wii U soit vite oublié et que Nintendo se rappellera de ce qui fait d’elle un leader. Quant à la Xbox One, j’avoue avoir encore du mal à prendre Microsoft au sérieux en tant que constructeur, je n’arrive pas à voir leur consoles autrement que des PC, malgré les quelques bons jeux auxquels j’ai joué.

Donc tu attends Uncharted 4 sur PS4, tu n’apprécies pas la Wii U ni trop Microsoft en tant que constructeur ?

Oui, même si le fan subjectif et colérique que je suis à encore un maigre espoir en la Wii U.

Quels sont tes meilleurs jeux de tous les temps, toutes époques confondues ?

Tetris, Super Mario Bros 3, Zelda 2 The Adventures of Link, Street Fighter 2, Trubo et Rez. Pour l’instant!

Et quel sont les jeux que tu rêverais de voir sortir ?

Shenmue 3, un vrai Mario VS Sonic et je ne sais pas pourquoi, j’ai toujours rêvé d’un jeu de Porco Rosso adapté par Nintendo, en fait presque n’importe film de Miyazaki adapté en jeu par Nintendo.

Un dernier mot pour les lecteurs et tes fans ?

Je ne sais pas si je peux dire qu’on a des fans, ça me semblerait un peu prétentieux surtout qu’on vient de commencer, mais je veux remercier toutes les personnes qui nous envoient de longs messages d’encouragements et de remerciements et ce, après avoir vu nos deux seuls modestes premiers épisodes.

Merci pour ton temps, on te souhaite à toi et à ton équipe beaucoup de succès.

Suivez Captendo sur sa chaine Youtube et sa page Facebook.