Entretien avec Atef Berredjem, premier algérien résident à A.R.I.A Residency

17/10/2013, 17 h 49 min Partages0

Abonnez-vous


Temps de lecture estimé 3 minutes et 12 secondes

A.R.I.A (Artist Residency in Algiers) est un programme de résidence fondé par l’artiste algérienne Zineb Sedira, offrant l’opportunité unique à des artistes émergents et/ou reconnus d’Afrique du Nord ou du reste du monde de réaliser des productions et recherches dans les domaines artistique et culturel à Alger.

Crédit photo : Atef Berredjem.
Crédit photo : Atef Berredjem.

Cette résidence a déjà vu la participation des artistes venus  de diverses destinations telles que Gaza (Basel El Maqosui) ou le Chili (Alfredo Jaar) pour ne citer que quelque unes.
En septembre passé, et pour la première fois depuis sa concrétisation en 2011, un artiste algérien originaire de Annaba,  Atef Berredjem, est résident à ARIA et ceci en continuation d’une résidence de recherche de 15 jours à la Villa Romana. Résidence durant laquelle il a travaillé en collaboration avec la commissaire Nora Razian, en association avec le programme ‘Pas de deux : 5 x 2 x 2’, co-développé avec Alya Sebti.

Similaire  Appel à candidature : 8ème festival national de la création féminine

L’artiste développera dans ce cadre à Alger une nouvelle œuvre, commandée par ARIA et supervisée par Nora Razian.

Atef est un artiste que l’on ne présente plus: Diplômé de l’École des Beaux-Arts d’Alger, il emploie divers médias dans sa pratique artistique dont peinture, assemblage, sculpture, photographie, installations et performances. Deux de ces travaux avaient attirée mon attention : Le radeau de Lampedusa (2009) qui reste d’actualité et l’installation God says Ikraà (2013).

On a pu recueillir l’opinion de Atef autour de cette résidence.

Quelles sont tes impressions de cette résidence ?

Je suis avant tout très content de prendre part à cette aventure qu’est A.R.I.A residency , et d’être le premier algérien à y résider. Cette résidence est unique en son genre en Algérie , surtout du fait qu’elle soit fondée par une grande artiste internationale, Zineb Sedira, mais aussi que les deux, disons fondateurs, de cette résidence (avec Yasmina Reggad ) sont basés à l’étranger, entre autre à Londres. Par conséquent, la résidence fonctionne avec des réflexes et méthodes de pointe, logistique, communication, relationnel  etc. Y résider est une chance pour n’importe quel artiste qu’il soit débutant , jeune, confirmé ou autre. Mais surtout pour un jeune artiste algérien comme moi, une chance de se mettre un peu au diapason et travailler de manière professionnelle, même si j’ai déjà été en résidence à l’étranger.

Similaire  Appel à candidature : 8ème festival national de la création féminine
1 2
Tags:     

Votre Avis (0 votes)

Votre vote a bien été pris en compte, merci!