fbpx

Entretien avec Pierre Bergé : « Saint Laurent n’aimait pas ce que ce métier était devenu »

Spread the love

Dans le cadre du mois de la mode organisé par l’Institut Francais d’Algérie, la ville d’Oran a rendu hommage à son fils, en l’occurrence Yves Saint Laurent. À cette occasion, M.Pierre Bergé s’est déplacé pour la première fois à Oran pour y animer une conférence sur la vie et l’œuvre de ce grand nom de la mode. J’ai eu ainsi la chance d’échanger avec lui ces quelques mots :

Y .Z : C’est avec une émotion certaine que vous foulez de vos pas la terre qui a vu naître un génie, quelles ont été vos premières impressions ?

Pierre Bergé : Oui, c’est la première fois que je foule le sol d’Oran et c’est une émotion particulière, ce fut très émouvant de se représenter les traces de YSL en cette ville, son enfance, sa jeunesse…ce qu’il y appréciait.

Y .Z : D’abord la rencontre en 1958 puis fonder une maison de mode avec Saint Laurent en 1962, quel mot décrirait le mieux cette aventure ?

Pierre Bergé : Le mot qui caractériserait cette aventure est incontestablement « Confiance », sans elle nous n’aurions pas pu conquérir le monde. Démarrer ainsi de rien était la seule chose que l’on avait vraiment.

Y .Z : Tout génie a des doutes ? quels étaient les plus grands doutes de Saint Laurent ?

Pierre Bergé : Effectivement, comme vous le dites, puisque qu’il s’agit de création, Yves avait énormément de doutes. Il ne pouvait pas s’arrêter, prendre le temps, du recul  comme un artiste plastique par exemple, il devait à chaque fois être présent, il était attendu à rendez-vous fixe, à heure fixe, si je puis dire.

ysl
Photo : Crédit Sadek Rahim ( installation de l’artiste Sadek Rahim dans le cadre de la conférence YSL à Oran)
bergéysl
Photo : Crédit Sadek Rahim ( installation de l’artiste Sadek Rahim dans le cadre de la conférence YSL à Oran)

Y .Z : Si l’on devait qualifier l’esprit Saint Laurent en quelques mots ?

Pierre Bergé : Je dirais le plus grand créateur de mode du 20e siècle. Il a en l’occurrence transformé la mode et l’a grandement influencée.

Y .Z : Oran méditerranéenne, Oran soleil, ce même soleil, cette chaleur et cet orient ont été inévitable dans la vie de Saint Laurent que ce soit à travers ses créations ou son refuge à Marrakech. Qu’est-ce que cela représentait pour lui ?

Pierre Bergé : Je me suis davantage rendu compte, par cette visite, de l’influence d’Oran sur la vie et l’œuvre d’Yves Saint Laurent. Il a essayé de reconstituer cette ambiance d’Afrique du Nord à travers la villa de Marrakech et le jardin de majorelle puisqu’au final les frontières ne sont autres que politiques.  Dans le ciel d’Oran, le soleil d’Oran, on retrouve le refuge que voulait recréer YSL pour se ressourcer.

Y .Z : 2002 , YSL tire sa révérence et c’est un monde qui s’écroule. Quel est le sentiment de l’Homme à cet instant-là ?

Pierre Bergé : Il y a eu deux raisons qui ont fait que Saint Laurent ait tiré sa révérence. D’abord , il avait assez de métier après plus de 40 ans dans sa maison et quelques années avant, notamment chez Dior,  Saint Laurent voulait enfin prendre cette pause et puis il n’aimait pas du tout ce que ce métier était devenu, notamment à cause du Marketing à outrance, de l’agressivité des journalistes de mode, de ce coté commercial qui a pris le dessus sur la création, ce qu’il estimait être le corps même du métier.

Y .Z : Warhol, Mondrian, Newton… des figures de l’art associées à Saint Laurent. Quelle était sa relation à l’art ?

Pierre Bergé : Sa relation avec l’art est très étroite. Il avait une grande passion pour l’art, ce qui a donné naissance à une collection particulièrement riche et c’est aussi naturellement que l’art s’exprime dans sa création qu’il en devient en fait indissociable.

Y .Z :  La vente du siècle est sans aucun doute la collection YSL – Pierre Bergé. Vous défaire de toutes ses pièces ayant fait votre histoire, votre union,  était-il chose facile ?

Pierre Bergé : Il a été pour moi très facile de me détacher de cette collection. Je suis en effet attaché aux gens pas aux objets. Cette collection a été construite à deux, pièce par pièce. Après sa disparition, il n y avait aucune raison de la poursuivre sans lui.

Y .Z : Aujourd’hui YSL n’est plus  mais Saint Laurent Paris, avec à sa tête Hedi Slimane,  continue de mener la danse en mettant un accent Punk. J’imagine que vous l’observez de loin. Qu’en pensez-vous ?

Pierre Bergé : Je l’observe de loin mais avec grand intérêt. J’aime ce qu’il fait parce qu’il a gardé l’ADN YSL . Hedi Slimane continue de transformer et influencer la mode dans le même style que Saint Laurent.

Y .Z : Vous soutenez le film de Jalil Lespert annoncé pour le printemps 2014, qu’est ce qui le démarque des autres biopics proposés à vous ?

Pierre Bergé : En fait, Jalil Lespert est tout simplement venu à ma rencontre , il a posé ses questions, a voulu se rapprocher de l’univers YSL et c’est donc naturellement que je lui ai ouvert les portes de la fondation, du jardin de majorelle. Il tournera également dans le studio même de Saint Laurent.