fbpx
Gaâda Diwane avec notre rédacteur

Rencontre avec Gaâda Diwan Béchar : « Nous ne faisons pas d’album à but commercial »

Spread the love

Après IAM et Tinariwen, le célèbre groupe de diwan saharien, Gaâda Diwane Béchar, s’est invité il y a quelques jours au Théâtre de Verdure d’Alger. L’occasion pour Vinyculture de rencontrer les musiciens et s’entretenir avec eux.

Gaada
Copyright : Nesrine Maidi pour Vinyculture

Le concert débutant à 23h, l’équipe de Vinyculture a pris place dans les gradins de l’amphithéâtre une heure en amont et ce, pour être sûre d’être bien placée. Mais déjà, le tiers des places étaient occupés et des spectateurs arrivaient continuellement.

20 minutes plus tard, les deux DJ mobilisés usaient de leurs platines pour commencer à chauffer les 3500 personnes présentes (sur les 4000 places disponibles) sur fond de musique de clubbing. Après une heure de House, la première partie a pris fin, laissant entrer sur scène les 9 membres de Gaâda Diwane Béchar, sous les applaudissements du public, qui voit enfin ceux pour qui il a fait le déplacement.

Après une très courte introduction, le groupe est passé au vif du sujet : la musique. Une douzaine de titres ont été joués. De « Dib El Ghaba » à « Nabina » en passant par « Moussani » et « Touba », le groupe s’est même permis un hommage à Khlifi Hmed (Ahmed Abbas Benaïssa) interprété par le chanteur et percussionniste du groupe Mohamed Dilmi.

gaadaconcert

Dès la première demi-heure, il n’y avait plus de spectateurs. Tous étaient acteurs et dansaient au rythme des instruments, sautant et chantant en chœur inlassablement. Si le groupe n’a profité d’aucune pause durant les plus de deux heures de concert, seuls quelques moments de rafraîchissements interrompaient la foule dans sa transe homogène.

Au bout de deux heures, le groupe clôturait sa prestation en présentant chacun des membres. Pourtant, ce n’était pas encore la toute fin, ils avaient bien ménagé leurs effets puisque la chanson la plus aimée du groupe n’a pas été jouée. Au public de scander haut et fort « Ben Bouziad, Ben Bouziad ! » et à Gaâda de feindre l’étonnement et de lancer Ben Bouziad sous des tonnerres d’applaudissements, le public aux anges suivant comme un seul homme l’interprétation de Dilmi.

Après l’ultime chanson, les danses ont pris fin, le groupe a remercié le public et s’est retiré, toujours sous de chaleureux applaudissements et de cris de fans ravis. Très vite, les gradins se sont vidés, laissant le soin aux centaines de bouteilles vides d’occuper la place. Aucun incident malheureux n’a été noté, les dix vigiles qui séparaient la scène du public n’ont pas eu à intervenir, pour le plus grand bien du show.

gaadareda

Le concert ayant pris fin, Vinyculture, loin d’aller se reposer, est vite aller à la rencontre du groupe pour leur poser deux, trois petites questions. Place à l’interview expresse :

Viny : Tout d’abord bonsoir et bravo pour cette performance. Qu’avez-vous pensé du public de ce soir ? A-t-il été à la hauteur de vos attentes, a-t-il été suffisamment chaud ? Êtes-vous satisfaits de notre public ?

Gaâda : Le public a été merveilleux ! C’est toujours surprenant de voir le théâtre de verdure plein ! D’autant que c’est la première fois que c’est organisé ici. On a été agréablement surpris par le public. Vous savez, on a joué un peu partout et je peux vous affirmer que le public algérien est bon, mais le meilleur reste, en particulier, le public algérois. C’est un public dynamique, qui a soif de défoulement. C’est toujours une expérience inoubliable de jouer devant ce public.

Viny : La chanson Benbouziane a été demandée par tout le public qui a scandé le titre. Aviez-vous prévu que le public fasse un rappel ou n’était-elle pas prévue du tout, mais vous ne pouviez la refuser à votre public ?

Gaâda : On l’avait en effet prévue (Avec Ghoumari) comme rappels. On a joué Benbouziane mais pas Ghoumari, parce que nous avions joués des titres non prévus, et du coup, on avait dépassé le temps que nous était alloué.

Viny : D’éventuelles prochaines dates chez nous ?

gaada2

Gaada : Nous avons déjà joué au Sheraton, nous avons joué ici ce soir, donc pour cette année c’est fini. Pour ce qui est des prochaines dates, il faut voir avec l’organisation.

Viny : Et un album en préparation ?

Gaada : Pour l’instant, rien. Notre dernier album est sorti il y a un an et demi environ, et nous ne faisons pas d’albums pour satisfaire la production ou à but commercial. Le public est plus éveillé qu’on ne le pense. Si on fait un album pour notre plaisir, le public ressentira ce plaisir et le partagera avec nous. Mais si on le fait pour le commerce, le public s’en rendra compte, et l’effet ne sera pas le même.