Huis Clos à Alger 2 ce mardi : L’interview

14/05/2012, 18 h 43 min Partages0
Temps de lecture estimé 3 minutes et 23 secondes

On l’annonçait la semaine dernière, voilà un petit rappel pour ceux qui l’auraient loupé: mardi, c’est rendez-vous théâtre à l’auditorium de l’université d’Alger 2 (Bouzaréah) à partir de 13h30.

Pour nous en parler, Ibtissem Hattali alias Inès dans cette pièce de Jean Paul Sartre.

• Bonjour Ibtissem, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs?
• Bonjour! C’est Ibtissem Hattali, 21 ans. Étudiante en 4ème année littérature et langue française.

• J’ai un peu honte de le dire, mais je ne connaissais pas cette pièce. Comment pourrais tu la présenter à un profane ?

• On ne peut tout connaître ! C’est une pièce de théâtre de J.Paul Sartre, écrite en 1943 et mise en scène pour la première fois en 1944. Il y a un seul acte et 5 scènes. Le thème noyau de la pièce est l’existentialisme. Les trois protagonistes sont confrontés à leur actes et non actes. Dans un enfer peu commun , les trois personnages découvrent peu à peu qu’ils sont en enfer et essayent de savoir les raisons qu’ils les ont amené ici . Par quel acte ? Quelle action . » Ne nous sommes rien d’autres que nos actes « . Et comment les autres nous perçoivent , d’où cette célèbre phrase de J. Paul Sartre ( qui lui a valu les plus hautes accusations ) : L’enfer c’est les autres.

• Cela a dû être une expérience très spéciale de donner vie à ces personnages, peux-tu nous en parler ?
• Oui, ça n’a pas été facile. Notre troupe de théâtre sort à peine de son berceau. Il a fallu avant tout s’approfondir, lire et se documenter sur l’existentialisme sartrien. Mettre mes camarades ( collègues sur scène ) à l’aise avec le texte. Pour cela, on a visionné l’adaptation cinématographique, les différentes représentations faites jusqu’à aujourd’hui, tout en essayant de garder une touche personnelle. Les personnages ne font plus qu’un avec les acteurs.

1 2 3
Tags:  

Votre Avis (0 votes)

Votre vote a bien été pris en compte, merci!