Kader Benamara, l’enfant de la Casbah d’Alger

09/05/2012, 14 h 18 min Partages0
Temps de lecture estimé 1 minute et 41 secondes

Source photo : abcvoyage.com
Source photo : abcvoyage.com

C’est en se promenant dans ses souvenirs d’enfances que Kader Benamara trace avec des illustrations l’histoire de la Casbah dans son livre « Eclats de soleil et d’amertume » paru aux éditions Barkat.

L’auteur qui est économiste, sociologue et fonctionnaire international nous raconte nostalgiquement ses vingt ans à la Casbah puisqu’il la quitte plus tard pour poursuivre son cursus universitaire aux Etats-Unis d’Amérique. Mais il reste toujours attaché aux valeurs héritées de son vécu aux hauteurs d’Alger et c’est dans son récit qu’il rappelle la nécessité de renouer avec ces valeurs et traditions qui semblent passées au trépas.
« Notre jeunesse a perdu ses repères et l’indifférence et l’égoïsme semblent avoir contaminé toutes les sphères de notre société. On assiste impuissants au dépérissement des valeurs qui nous ont guidés et inspirés pendant les années de la tourmente coloniale. » Tels étaient les propos de Kader Benamara dans un article d’El Watan l’année dernière.

« Notre jeunesse est certainement en mesure de réinventer le destin de son pays, de tracer son histoire comme l’ont fait les aînés avant (…) La jeunesse, le sel de cette terre tant de fois martyrisée, constitue une force de développement. » Ecrit-il cette année pour miser sur les jeunes aux repères perdus.

C’est un soulagement que quelqu’un de chez nous parle de nous ! Avec toutes les tentatives étrangères qui essaient de raconter ou « falsifier » notre histoire en véhiculant un message ciblé d’avance.

Mais le problème n’est pas là, puisque ce livre est destiné aux jeunes qui en ont marre de l’histoire quelque soit sa version… Le problème, c’est qu’il n’y a pas plusieurs versions de la Casbah alors qui sauvera la Casbah d’Alger ? Nombreux sont ceux qui aiment la Casbah d’Alger la blanche….. Mais de loin.

Tags:  

Votre Avis (0 votes)

Votre vote a bien été pris en compte, merci!