Oujda – L’Art Contemporain rayonne au Festival Orient’Art Express

31/07/2014, 16 h 09 min Partages0
Temps de lecture estimé 3 minutes et 6 secondes

Oujda s’érige t’elle en un nouveau rendez-vous de l’ art contemporain dans la région du Maghreb ? Je dirais que oui et peut-être bien qu’elle joue la carte de l’incontournable à travers son Festival Orient’Art Express dédié à l’expression artistique contemporaine du Grand Maghreb, dont la  cinquième édition  se tiendra du 13 août au 13 septembre prochain.

Ce festival fait partie d’une programmation artistique et culturelle Initiée par l’association «Réseau d’Art A-48», l’association œuvre pour la promotion, la sensibilisation et la diffusion de l’ art contemporain à travers des actions de proximité au public et particulièrement les scolaires.

Fayçal Baghriche, Mecca, 2011 Photographie, 110 x 135 cm Copyright et courtesy de l’artiste Courtesy Galerie Campagne première, Berlin.
Fayçal Baghriche, Mecca, 2011
Copyright et courtesy de l’artiste
Courtesy Galerie Campagne première, Berlin.

Il demeure l’événement annuel phare de l’association. Se déroulant en été, il permet d’assurer une ouverture de la ville sur le monde à travers la participation d’artistes  internationaux, la valorisation de l’artiste local et un travail de médiation culturelle mené envers le public local ainsi que les touristes de la région alentour pour les sensibiliser à une expression artistique qu’est l’art contemporain.

Cette cinquième édition d’Orient’Art Express abritera l’exposition «  Ne pas se séparer du Monde », une exposition nous menant sur les traces d’Ibn Battuta pour s’ouvrir au monde, se poser un moment pour l’observer, le contempler, voire dessiner son infini dans un espace défini par les sociétés modernes.

Mounir Fatmi, History is not mine, 2013 (détail) Vidéo Copyright l’artiste, courtesy Galerie FJ Casablanc
Mounir Fatmi, History is not mine, 2013
Copyright l’artiste, courtesy Galerie FJ Casablanc.

Abdelkader Damani, directeur de Veduta à la Biennale d’ art contemporain de Lyon et Co-commissaire de la Biennale de Dakar 2014 est également  commissaire de cette exposition. Il nous rappelle à quel point les artistes dans leurs observations du monde qui nous entoure, dans  leur différentes représentations, dans leur rapport constant avec ce monde marchent sur les traces d’Ibn Battuta et nous suggère un « Autre ». Chaque geste, chaque parcours, chaque  expérience est un voyage, une découverte, un émerveillement narguant le commun, le tout pareil, le moule dans lequel on se confine.

« Ne pas se séparer du monde » est une exposition appelant au voyage à travers les différentes œuvres exposées dans différentes parties de la ville; un itinéraire de l’ art contemporain qui nous permet d’une escale à une autre de nous prêter au jeu, et à notre tour porter un regard sur un environnement, une ville, une histoire.

Les œuvres d’ art contemporain d’artistes d’Egypte, France, Afrique du Sud , Maroc et Algérie vont côtoyer les textes d’Ibn Battuta pour constituer une œuvre temporelle et donner envie d’errance.

1 2 3
Tags:    

Votre Avis (0 votes)

Votre vote a bien été pris en compte, merci!