fbpx
Les journées du film européen

Les JFE ou quand le public algérien renoue avec les salles obscures

Spread the love
Temps de lecture estimé 5 minutes et 30 secondes

La 6e édition des Journées du Film Européen (JFE) s’est tenue à Alger du 4 au 11 novembre. Le festival organisé depuis 2009 par la délégation de l’Union Européenne en Algérie, en coopération avec les états membres de l’Union Européenne représentés en Algérie, s’est déroulé au niveau de la cinémathèque d’Alger en ce début du mois de novembre.

Le « 7e art à l’européenne »‘

L’évènement a marqué le retour du public dans les salles obscures après un long arrêt des activités culturelles suite à la pandémie du COVID-19.

Cette édition a accueilli 15 projections cinématographiques ayant pour thème commun « l’affiliation, la famille et la transmission » sous le slogan : « 7e art à l’européenne ». Entre comédie, drame et animation, les spectateurs ont pu découvrir durant toute la semaine, le cinéma européen au travers des films qui ont marqué 2020/2021.

La cérémonie d’ouverture s’est tenue le jeudi 4 novembre à 19h30 en présence des Ambassadeurs des pays membres de l’UE et de son excellence l’Ambassadeur de l’UE en Algérie, Thomas Eckert. « Le cinéma a toujours permis un échange entre les cultures et le rapprochement entre les peuples », a d’ailleurs déclaré son excellence lors de son allocution d’ouverture.

Les journées du film européen

« Jil Cilima », « écriture en courts » et complémentarité

Loin d’être un festival cinématographique orphelin, cette édition a été marquée par le déroulement de deux évènements en parallèle : la résidence d’aide à l’écriture de scénarios de courts métrages « écriture en courts » et la première formation à la critique cinéma en Algérie : « Jil Cilima ».

Mise en œuvre par le réseau des Instituts Culturels Nationaux de l’Union Européenne (EUNIC), l’initiative Jil Cilima a permis à 36 participants issus du monde du cinéma ou amateurs de se former à la critique cinématographique.

Les ateliers et master classes se sont déroulés en septembre. Animés par l’éditeur et critique britannique Ian Hayden Smith, l’objectif de cette formation visait à « examiner l’importance de la culture cinématographique – en particulier, l’écriture et la diffusion des films – à travers une série de projections et de conférences ».

Il est à noter également que les films projetés ont été programmés par les participants de l’atelier « Programmation » dans le cadre du projet « Jil Cilima ». 

La résidence d’aide à l’écriture de courts métrages de fiction et documentaires, « écriture en courts » s’est tenue pour sa part en marge des JFE du 2 au 10 novembre à Dar Bensmen, résidence datant du 17e siècle et appartenant à une vieillie famille juive ottomane.

Cet événement a offert l’opportunité à 10 jeunes créateurs de se former et de bénéficier d’un accompagnement à la réalisation de leurs différents projets, en présence de professionnels du cinéma de renommée internationale.

L’objectif premier de cette résidence était d’ « offrir un espace et un temps de travail nécessaire à tout projet d’écriture cinématographique et la mise en lien des jeunes créateurs entre eux et avec les professionnels du cinéma », expliquent les organisateurs.

Les journées du film européen

La résilience et la force du peuple sahraoui au cœur des JFE

La manifestation s’est associée au bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) à travers un partenariat qui a abouti à la sélection du film « Hamada ». Le film d’Eloy Dominguez-Seren dresse le portrait de jeunes réfugiés sahraouis vivant dans le camp de réfugiés à Tindouf au sud-ouest algérien.

« Hamada » qui a marqué la clôture des journées du film européen a été produit par trois pays scandinaves : la Suède, la Norvège et le Danemark et a nécessité 3 ans de travail en immersion. Toute l’équipe a dû partager le quotidien des réfugiés pour livrer un travail documentaire qui illustre la réalité de la quête du peuple sahraoui à son indépendance.

Agostino Mulas, représentant de l’organisme onusien à Alger était présent lors de la cérémonie de clôture aux cotés de Stéphane Mechati, ministre conseiller à la direction de la protection civile et les opérations d’aide humanitaire de la commission européenne en Algérie a déclaré suite à la projection :« Je connais la réalité des camps sahraouis. Et ce film a bien montré la résilience et la force des sahraouis et la frustration de la jeunesse en raison du manque de perspectives. C’est un film intéressant »…« Nous travaillons dans les camps sahraouis avec l’appui de l’Algérie et celle de la communauté internationale, l’Union européenne, l’Espagne et d’autres pays européens. Nous continuons à travailler sur la formation et sur l’éducation », a-t-il ajouté.

Entre passassions de consignes et événements à venir

Salim Aggar, ex-directeur CAC présent à l’occasion de la clôture des JFE a annoncé la fin de ses fonctions après 3 ans à la tête du poste qu’il occupait depuis le 18 décembre 2018.

Il a ainsi annoncé la passation de consignes à Mourad Chouihi. Directeur du Centre National de la Cinématographie et de l’Audiovisuel (CNCA), Chouihi a été désigné directeur intérimaire de la CAC jusqu’à la nomination d’un nouveau directeur général.

Le ministre conseiller à la direction de la protection civile et les opérations d’aide humanitaire de la commission européenne en Algérie a par ailleurs teasé la tenue prochaine de la semaine du film argentin et la semaine du film norvégien au niveau de la cinémathèque d’Alger en 2022.

Les journées du film européen

Les JFE, ou comment tisser des liens cinématographiques entre l’Europe et l’Algérie

Cette édition des journées du film européen aura marqué, tout autant que les évènements s’étant déroulé en parallèle, la fin de cette année 2021. Le spectateur algérien, jeune et moins jeune, a par ailleurs pu découvrir le cinéma européen sous un jour nouveau.

La prochaine édition du festival devrait se dérouler dans plusieurs villes du territoire national. L’occasion de permettre à davantage de cinéphiles de se familiariser avec le cinéma européen.

À voir l’impact et le succès rencontrés cette année, les journées du film européen risquent bien de devenir un rendez-vous cinématographique incontournable en Algérie.

Les journées du film européen