L’évolution d’Alger en photos, de 1950 à 2025

27/07/2013, 21 h 03 min Partages0

Abonnez-vous


Temps de lecture estimé 1 minute et 57 secondes

Alger, ville millénaire, ville mystérieuse et ville qui ne cesse d’évoluer. De 1950 à nos jours, beaucoup de changements ont touché la Capitale, sans jamais la dénaturer. Nous allons revenir pour l’occasion sur son évolution, des années 50 à aujourd’hui, avec une halte dans le futur pour voir à quoi ressemblera Alger en 2025.

Avec 2,7 millions d’habitants recensés en 1954, Européens compris, Alger, alors sous occupation française, vit de belles années dans l’ombre d’une révolte qui grandit. L’extension d’Alger vers le Grand Alger se fait en 1954 avec l’ajout de 9 communes et des nouvelles cités commencent peu à peu à voir le jour.

Chaque parcelle, chaque immeuble de la ville raconte une histoire, et des anecdotes fleurissent ici et là, comme avec Le Quartier de la Marine, qui verra le jour en 1948, bien qu’imaginé dès 1931 par…Le Corbusier.

quartierlamarine

En 1954, d’autres quartiers structurants de la capitale sortent de Terre, à l’image de Diar Es Saada. Des établissements scolaires (le Grand Lycée de Ben Aknoun, actuel Lycée El Mokrani), des cités universitaires et autres instituts (Institut d’étude nucléaire) font également leur apparition pour l’occasion.

Diar Essaada en 1954. Crédits image : Bernard Venis.
Diar Essaada en 1954. Crédits image : Bernard Venis.

Une fois l’indépendance acquise en 1962, une nouvelle dynamique est impulsée à la ville, avec comme optique de réparer les dégâts causés par la guerre de libération et l’armée coloniale, tout en tentant de rattraper le retard du pays.

Immeuble du coté du Palais du gouvernement (1965).
Immeuble du coté du Palais du gouvernement (1965).

Le début des années 80 voit l’inauguration et le lancement du Monument aux Martyrs (1982), le Parc Zoologique et de Loisirs de Ben Aknoun (1982) et beaucoup d’autres projets, avant que cet élan ne soit stoppé net par la crise économique de 1986.

La période noire des années 90 a figé le pays, chaque chantier étant arrêté ou retardé par peur d’attentats. Le projet du Métro d’Alger s’étendra ainsi sur 30 ans, avant d’être livré il y a un an et demi.

1 2
Tags:     

Votre Avis (4 votes)

Votre vote a bien été pris en compte, merci!