fbpx
Pakistan_ ©Lola Khalfa
Pakistan_ ©Lola Khalfa

Photographie: Lola Khalfa construit des ponts entre nous et les autres

Spread the love

« Des Ponts Entre Nous » est un projet qui s’est créé à Verson dans l’intention de faire dialoguer les cultures entre les deux rives de la méditerranée. Entre 2014 et 2015, l’action avait relié Madagascar à la France. Cette année, le Pont se construit entre l’Algérie et la France, deux cultures qui ont souvent dialogué mais qui le font aujourd’hui de façon plus poussée et plus artistique grâce au travail de la photographe algérienne Lola Khalfa, jeune artiste choisie pour porter la seconde édition du projet.

Soutenu par la Mairie de Verson, la Fondation Total et la Région de Normandie, ce projet de l’association Mosaïque s’est déroulé au centre culturel de la commune : l’Espace Senghor.

Lola Khalfa, de son vrai nom Besma Djemila Khalfa, est une artiste visuelle algérienne, née à Annaba. Diplômée en Web Design et infographie, elle découvre la photographie dans le cadre de ses études et s’y dédie pleinement en 2011. Elle expose alors ses œuvres pour la première fois lors d’une exposition collective en Algérie. Le tournant de sa carrière se dessine lorsqu’elle remporte le Grand Prix de la photographie internationale contemporaine à Guelma, qui sera le point de départ d’une série d’expositions qui parcoure le monde.

Photo de la série 'Fantasmas' réalisée à Cuba - Lola Khalfa.
Photo de la série ‘Fantasmas’ réalisée à Cuba – ©Lola Khalfa

Ses travaux s’articulent souvent autour de la société algérienne, du vivant, voire de l’âme. Ce que l’artiste tente de percer dans ses œuvres peut sembler inatteignable, pourtant ce qu’elle dévoile de l’être humain et de sa vie en société est d’une profondeur désarmante et nous rapproche au mieux des émotions qu’elle capture.

« Anticonventionnel » est l’un de ses premiers projets. Exposé à Berlin, il est plein de contrastes,  elle le réalise en 2012 et tente d’y réunir « le conventionnel et l’anticonventionnel, qui se côtoient souvent dans notre société », selon ses propos. Après « Anticonventionnel » elle se détache définitivement du paysage et commence à marquer de son empreinte la suite de ses œuvres : Un cadrage négligé, des silhouettes fantomatiques et une expression du temps et de l’émotion vive et captivante.

anticonventionnel 1
Anticonventionnel ©Lola Khalfa

C’est ainsi que la même année elle enchaine avec « Poussières » et comment toucher à l’humain en se questionnant sur ce qui l’anime, ses photographies traduiront sa réponse, le mouvement qu’elle capture est au cœur de cette fusion du corps et de l’esprit.

Par la suite, elle s’intéressera au mal-être de la jeunesse algérienne en manque de passion dans « Dégoutage », une série de photographies qui dépeint cette déchirure qui existe entre la jeunesse et le reste de la société. Pour se faire, elle appose des portraits expressifs à des images qui renvoient aux frustrations quotidiennes de ces jeunes.

Dégoutage
Dégoutage ©Lola Khalfa

Dans « Intimes » elle s’immerge dans la peau d’un personnage défavorisé par la société. Pendant 10 jours, elle parcourt les rues d’Alger, de nuit, en tant que femme. Elle en revient avec des photos fuyantes, au cadrage toujours aussi flou mais aux regards qui demeurent pourtant saisissants, tantôt accusateurs, tantôt étonnés. Le projet a pris part à une exposition collective à Oran.

Intimes
Intimes ©Lola Khalfa

Lola Khalfa se soucie rarement du cadrage, ce qui contribue à donner un aspect de constant mouvement à ses photos, s’inscrivant dans sa tentative de donner vie à ses sujets et de dépeindre la société dans tout ce qui l’anime, rendant par la même ses travaux si vivants et si humains.

En 2016, c’est à Verson qu’elle mène une résidence artistique sous le nom de « Fusion », où elle réunit les mots et les gestes, deux langages qu’elle illustre par des portraits et des calligraphies. Elle entame ensuite le projet « Des Ponts entre nous » dont les principaux personnages seront des enfants.

Ephèmere
Éphémère ©Lola Khalfa

Les photographies de l’artiste font d’abord découvrir aux enfants de Verson des portraits d’enfants algériens pris par cette dernière. Lors d’ateliers, ils sont invités à écrire des textes afin de correspondre avec les enfants présents sur les photos. De retour à Alger, Lola, et par le biais de structures locales, retrouve certains des enfants qui figuraient sur ses photographies pour leur transmettre les textes écrits par leurs interlocuteurs de Verson, avant de retourner en France pour transmettre la réponse algérienne.

Questionnée sur son ressenti, Lola nous confie sa surprise quant à la réaction des enfants de Verson découvrant des photos de l’Algérie qu’ils pensaient être une surface désertique. L’intégralité du projet est alors exposée par projections simultanées des trois étapes du projet pour restituer cette rencontre virtuelle.

A noter qu’un webdocumentaire est en cours de réalisation afin d’exporter l’expérience « Des Ponts Entre Nous », et de permettre l’accès à un plus large public. Il est attendu pour fin octobre 2016.