Rachida Brakni se met à la chanson

06/02/2012, 21 h 51 min Partages0
Temps de lecture estimé 1 minute et 46 secondes

Les actrices françaises et la chanson ! Voilà un bon sujet à anthologie. Après Mélanie Laurent, Sandrine Kiberlin ou  Isabelle Adjani et son « Pull Marine » , le tour est venu pour Rachida Brakni de  se lancer dans l’aventure musicale.

L’album (éponyme) « Rachida Brakni » composé et réalisé par le chanteur Cali, compte 12 titres,  dont certains écris par le mari de la comédienne, l’ex footballeur Eric Cantona.

« Quand Eric Cantona a proposé d’écrire pour moi, il m’a d’abord demandé de quoi j’avais envie de parler. On en a discuté et des textes ont commencé à arriver. J’ai gardé tous ceux qui m’emballaient et surtout ceux dont je sentais qu’ils pouvaient être intéressants musicalement, rythmiquement.

Dans un deuxième temps, il me fallait un compositeur qui se mette vraiment à mon service. Hors ce n’est pas forcément évident, parce que quand on va trouver quelqu’un, c’est pour lui demander de faire ce qu’il fait pour lui. Je suis très reconnaissante car Cali s’est vraiment mis à mon service. » a-t-elle déclaré dans une interview pour  Even.

Elle affirme aussi, attendre  avec beaucoup d’appréhension, les  réactions des critiques envers son album, sans trop craindre l’étiquette  « actrice qui pousse la chansonnette » pour autant, car pour elle, ça a toujours été une envie, depuis ses premières années au conservatoire : « J’ai toujours chanté, notamment au conservatoire où la place de la voix a une grande importance. Toutes les semaines j’avais des cours de chant. Et indépendamment de cela, on faisait des spectacles, des cabarets, on chantait dans des opérettes d’Offenbach ».

Influencée depuis toujours  par Nick Cave, Patti Smith, Alain Bashung, entre autres, Rachida voulait un album sombre et épuré  à fort caractère  « narratif  », avec des titres qui varient entre rythmes rock, très « cuivrés »  et   balades presque acoustiques.

1 2
Tags:         

Votre Avis (0 votes)

Votre vote a bien été pris en compte, merci!