fbpx

Top 5 des films de 2014

Spread the love

Vinyculture liste le top 5 des films sortis en 2014, à travers une liste très subjective qui devrait vous aider lors de vos soirées cinéma.

Après mûre réflexion, le choix a été fait de recenser seulement cinq films de l’année 2014 au lieu des habituels dix de nos tops. Cela ne veut bien évidemment pas dire que des films qui méritent leur place ici ont été oubliés, seulement faire un choix devient difficile face à toutes les réussites cinématographiques de l’année, et seulement les long-métrages les plus marquants (subjectivement) se retrouvent dans ce top légitimement.

5-L’Oranais : 

l'oranais film

Le nouveau film algérien qui fait fureur-et suscite les polémiques– a été notre coup de cœur cette année. En osant sur certains sujets et en maîtrisant sa réalisation, même si la fresque développée connait quelques défauts (longueur des arcs, et une oeuvre qui tourne vers le mélodrame par moments), le film a cette chance d’exister et d’essayer de provoquer ce plus d’émotions chez le spectateur, habitué à un discours paternaliste qui ne dit pas son nom.

Notre critique du film est à lire ici.  (Choix de Yasmine Bouchene)

4-  Captain America – The Winter Soldier

Captain-America-The-Winter-Soldier-HD-Wallpaper

S’il y a bien un film qui aura surpris cette année, c’est bien celui-ci. Captain America – The Winter Soldier n’était que très peu attendu, après un premier opus naïf et carré à souhait, cette suite prend des risques bien trop gros pour le personnage qui se retrouve dans une situation à laquelle il n’est pas habitué, à travers une Amérique nuancée, des alliances altérées et une prise de conscience forcée. Le personnage est montré sous un autre angle, un qui devrait plaire au grand public, qui n’aura jamais apprécié le boy-scout à sa juste valeur. La réalisation est bonne, les dialogues sont intéressants et les personnages ont une importance équilibrée, le tout est maîtrisé de bout en bout et c’est l’éloignement de l’aspect super-héroïque et le rapprochement de qualités plus cinématographiques qui fait le succès du film.

Lire notre critique ICI

3- Gone Girl

Gone-Girl

De toute évidence, Gone Girl est l’un des films les plus captivants de l’année, et le papa de Fight Club nous livre l’une de ses plus belles créations. Si l’intrigue est intéressante de bout en bout et que les personnages interviennent de façon à faire avancer le récit, la plus grande prouesse du long-métrage reste son tacle envers le mariage et la société en général. Le film n’hésite à aucun moment à mettre en exergue le dysfonctionnement de la société et principalement des médias. Le suspense aidant, les révélations tombent au compte-goutte et la narration est menée de main de maître jusqu’à la dernière seconde. Mais si ce film surprend, c’est pour sa manière impolie d’insulter la femme, difficile de ne pas voir là une façon explicite de donner des arguments aux machos de tout bord et de donner une image maléfique de la femme. Mais pour en revenir aux médias justement, ces derniers contrebalancent cette vulgarisation gratuite par une généralisation infantile. Un film culotté en somme qui n’hésite devant aucun obstacle, pas même la colère des femmes.

2- Her

7100218-her-tomber-amoureux-et-bruler-l-apple-store

Il faisait partie de nos attentes pour 2014 et pour cause, Her est clairement la réussite que nous attendions. Spike Jonze fournit ici un travail des plus simplets, son travail se résume à de la science-fiction, un univers futuriste d’un réalisme déconcertant, un univers nuancé entre utopie et dystopie pour notre Théodore interprété par un Joaquin Phoenix argileux et incomplet. L’élégance narrative est au rendez-vous accompagnée d’une mélancolie omniprésente et d’une tristesse appréciable. Mais la surprise vient de Samantha, le personnage incorporel interprété par Scarlett Johannson pour lequel l’intrigue donne tout, jusqu’à ses dernières ressources censées revenir de droit à l’acteur principal. Car si Théodore est un personnage attachant et chaleureux, c’est Samantha qui tire son épingle du jeu, un être ni vivant ni mort qui apprend sans comprendre, qui n’est jamais conscient de sa condition tout en l’étant. Une tragédie humaine dans la mesure du possible, un bug émotionnel intense.

1- The Grand Budapest Hotel

maxresdefault

Wes Anderson nous a habitués à des merveilles, et The Grand Budapest Hotel ne déroge certainement pas à la règle, pire, il fait mieux que tous ses grands frères. Dans ce film nuancé, la mélancolie et la naïveté sont les gros titres de l’œuvre. Le film est tellement maladroit (dans le bon sens) que c’en est déprimant (toujours dans le bon sens), voire révoltant (ici aussi). C’est déconcertant de ne pas trouver les bons mots pour décrire ce chef-d’oeuvre, on se retrouve à utiliser des mots qui ne lui conviennent pas forcément, ou peut être que si. Ça devient compliqué du moment où l’on en tombe amoureux, on se met à l’apprécier et l’on oublie pourquoi. Mais il y a bien quelques mots qui peuvent résumer le film: Auto-dérision, second degré, métaphores. Les personnages, les décors et le scénario sont d’un ridicule délicieux, les situations et la musique aidant, le film transpire l’exotisme et c’est tout simplement… Bon sang !

Mentions honorables :

What if

What if movie

À l’heure des comédies romantiques qui n’hésitent pas à vivre avec leur temps, loin de tout romantisme et guimauve, « What if » est une petite bouffée d’oxygène pour les plus réalistes des fleurs bleues.

Au casting, on retrouve un Daniel Radcliffe qui a bien grandi depuis Harry Potter, et notre coup de cœur de début d’année, la rayonnante Zoé Kazan.

Nommé en premier lieu « The F Word« , le film pose la question de savoir si hommes et femmes peuvent être amis, sans vouloir davantage de la relation. The F Word-comprendre the Friendzone word- prend donc le cas de Chandry et Wallace en exemple.

Le film est rempli de bons mots, de moments précieux qui rappelleront à certains leurs propres histoires, et feront se demander aux autres si la Friendzone est une damnation éternelle. (Choix de Yasmine Bouchene)

 Qu’est ce qu’on a fait au bon dieu

coup-de-coeur-cine-qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-dieu-et-melaza

Un gros coup de cœur pour ce film français qui en aura surpris plus d’un. Les tirades racistes sont légions et sont le moteur du film qui se suffit d’un scénario simpliste et caoutchouteux, aucune hésitation n’est faite, tout les clichés et les idées reçues sont mises au service du rire et du ridicule ; le nombre important de personnages aussi différents les uns des autres permet de faire des merveilles. Leurs origines, leurs religions, leurs couleurs de peaux sont tant de matériaux premiers du rire que c’en est ridiculement hilarant. Au final, on en apprendra qu’une chose, il vaut mieux en rire qu’en débattre car l’aspect convivial qui s’en dégage est des plus sympathiques.

Pour en finir, entre les films que l’on n’a pas eu le temps de voir tels que Interstellar, Selma, Whiplash, Pride, et ceux qui viennent juste au dessous de ceux exposés plus haut, à l’image de American Hustle, How to Train Your Dragon 2 etc, ce top 5 n’est pas complet, est subjectif et ne reflète nullement l’avis populaire, ce qui nous amène à vous inviter à participer vous aussi à la rétrospective de l’année 2014 et à donner votre propre top ici ou sur notre page Facebook.