Top 5 des Pères dans les comics

15/06/2014, 19 h 48 min Partages0
Temps de lecture estimé 3 minutes et 21 secondes

On succombe encore une fois aux clichés, mais c’est tellement irrésistible. Si vous avez un père et que vous l’aimez, vous l’identifierez surement en l’un de ces cinq personnages, fictifs certes, mais à l’humanité plus que prononcée et aux valeurs, à l’intégrité et au courage inépuisables.

5 – Batman/Damian ec5769c0ed89aa039ae6debc6d30d7f4
Bruce Wayne, orphelin comme on le sait, peut être perçu comme le pire tout comme le meilleur des pères. Il a pris sous son aile nombre d’orphelins, leur a appris à se battre et leur a donné nombre de jolis gadgets dangereux, sur ce point, c’est le pire des pères.

Mais avec son propre fils, Damian, il essaie de faire de son possible pour l’empêcher de se faire tuer. Pour un homme tel que Batman, il n’est pas évident de gérer de tels retournements familiaux, mais grâce à cet homme, nous avons assisté à la naissance de héros (Nightwing, Red Robin), Damian ne devrait donc pas avoir trop de soucis, si on met de côté sa mort (provisoire) récente et son comportement impulsif.

4 – Reed Richards / Franklin, Valeria


1866605-franklin
Encore une fois, le leader des Fantastic Four et l’un des hommes les plus intelligents de son ère est tantôt un bon père, tantôt mauvais. Il est très absorbé par lui-même et son travail, ce qui le contraint à être très négligeant émotionnellement parlant que ce soit avec sa femme ou ses enfants. Toutefois, en contrepartie, Richards trouve le moyen d’être un père fantastique quand il est près de sa progéniture, il fait en sorte que les moments passés avec lui soient inoubliables et en y réfléchissant, très peu d’enfants ont le Baxter Building comme terrain de jeu de nos jours.

3 – Rick Grimes / Carl Carl_Grimes_Made_to_Suffer
Celui là a toujours fait très fort. Déjà qu’il est difficile d’éduquer un enfant en temps normal avec toutes les contraintes sociales et financières, alors imaginez une apocalypse zombie s’ajoutant à l’équation. Si le travail de Robert Kirkam (auteur de The Walking Dead) avait l’air d’un brouillon au départ, tout prend forme désormais et la relation père/fils qui unit Rick et Carl n’aura jamais été aussi aboutie et réaliste. Tout est une question d’adaptation, chose que Rick avait compris dés le départ en donnant une arme à son fils. Il ne fait plus que lui apprendre les bonnes valeurs, il les adapte à leurs soucis, en lui « inculquant » les bonnes bases d’une vie saine en ces temps.

1 2
Tags:      

Votre Avis (0 votes)

Votre vote a bien été pris en compte, merci!