Le tour du monde en musique : Canada

23/07/2014, 22 h 26 min Partages0
Temps de lecture estimé 2 minutes et 18 secondes

Ah, le Canada ! Son sirop d’érable, son Québec, sa Céline Dion et son été indien. Loin des clichés qui lui collent à la peau, l’autre pays de l’Amérique du Nord a su se faire une place sur la scène musicale d’aujourd’hui, à travers des artistes éclectiques.

Si le Canada a longtemps été synonyme pour les plus francophones d’entre-nous de chanteurs québécois, à l’image de Céline Dion, Isabelle Boulay ou autres Roch Voisine, le pays d’Ellen Page a bien plus à offrir à la musique, notamment à travers des formations musicales qui ne sont pas forcément associées à leur pays d’origine. Les Arcade Fire en sont l’exemple parfait.

Découverts par le grand public en 2004 avec leur album « Funeral », les Montréalais d’Arcade Fire proposent un folk-rock détonnant, dont on ne se lasse jamais.  Le groupe a sorti 3 albums depuis, dont le dernier « Reflektor » date de l’an passé. Si vous ne connaissez pas la formation, vous avez certainement dû entendre le titre « Wake up », où écouter l’une de leurs compositions pour les films « Hunger Games » ou « Her ».

Toujours à Montréal, les membres de Broken Social Scene font vibrer les cœurs des fans de post-rock. Formé en 1999, ce band gagne en reconnaissance au milieu des années 2000. Avec 5 albums à son actif et des collaborations avec des compatriotes de renom tels que Feist- également membre- (voir plus bas) et Arcade Fire, le groupe n’a pas fini de faire parler de lui.

Honneur aux Dames, avec une musicienne qui est le porte-drapeau d’un folk qui fait du bien. Mise en avant en 2007, avec le titre tout en couleurs « 1, 2, 3, 4 »,  Feist a confirmé tout le bien que l’on pensait d’elle à travers son album « Feel it all ».

L’opus « Let it die » sorti en 2003 contient également nombre de petites perles, comme « Mushaboom » (entendue dans « 500 days of Summer ») et « Gatekeeper ».

1 2
Tags:      

Votre Avis (0 votes)

Votre vote a bien été pris en compte, merci!