Zineddine vu par Zidane

Spread the love
Temps de lecture estimé 3 minutes et 3 secondes

Non, il ne s’agit pas d’une couverture foot mais bel et bien d’Art. J’ai eu l’opportunité de rencontrer cette semaine un jeune graphiste plasticien algérien très prometteur, en la personne de Zineddine Bessaï.

Né en 1985, Zineddine s ‘est imprégné de la culture algérienne dès son jeune âge et ce, à travers les films, la musique, les récits familiaux de ce qu’on nomme la belle époque d’antan.

A ma question pourquoi l’art ? Zineddine me répond qu’il s’agissait d’une révélation , une fascination qu’il eut tout jeune alors qu’il était encore à l’école primaire et ce, après avoir découvert un travail de son oncle « bozariste » qui l’avait interpellé puisqu’il reprenait des messages qu’il arrivait à comprendre.

Copyright : Zineddine Bessaï

Son travail artistique est centré sur l’Algérie, il s’inspire de la rue, el Houma, les  slogans de stade ou certaines expressions populaires, enfin tout détail de notre algérianité qui peut interpeller. L’objectif est la mémoire, garder une trace de ces évènements, de cette culture qui parfois, même très souvent  est orale et risque l’oubli.

Son objectif également est de faire passer des messages. De quelle maniére ? Il rétorque : « en faisant de l’algérien, avec une bonne dose d’humour et d’engagement ». Il cite comme référence les bédéistes Dilem et Slim ou alors les sketchs de Fellag des années 80 et même Dieudonné.

Cependant, il ne cherche pas à formater les esprits mais ouvre des pistes, des voies de réflexions permettant au public de se questionner, d’interpréter  ce qu’il voit, le tout dans l’objectif de voir jusqu’où peut être poussé le raisonnement.

Il utilise des supports d’expressions diverses : de l’illustration au graphisme en passant par la sculpture.  Le plus important selon lui est d’illustrer la voix du peuple.

Copyright photo : Zineddine Bessaï

Parmi ses travaux les plus marquants, nous citons le guide de la migration, il s’agit d’un kit répertoriant vingt méthodes légales et moins légales permettant de basculer d’une frontière  à une autre. Zineddine nous confie qu’il remet en cause le principe des frontières tel que dictées aujourd’hui et ce, par application de l’article 13 des droits de l’homme.

L’idée du guide lui vient d’une discussion de Houma ou se posait la question existentielle : « Kifech nekala3 ».

Ce guide nommé H-Out , avec un « H » en référence à El Hem, Harraga, Harba,….etc dénonce le phénomène de Harraga. « Ce système mondial infligé par le Nord », pour reprendre les propos de Zineddnne.

Le guide comporte une carte avec légende , immortalisant ainsi un jargon, un quotidien, un vécu puisque par ex : l’Égypte ne figure pas sur la carte mais l’on voit plutôt Oum Dourman, clin d’œil à l’incident footballistique.

Cette carte a voyagé puisqu’elle s’est vue exposé en France et Grande-Bretagne en plus d’avoir fait partie des œuvres exposées à la FIAC d’Alger.

Enfin Zineddine ne s’arrête pas là et nous promet des projets futurs dans le cadre d’expositions collectives ou exposition individuelle.

Il publie périodiquement sur le réseau social Facebook des illustrations témoignage de ce que l’on vit actuellement en gardant  évidemment l’esprit humoristique et engagé.

Le message de l’artiste :  arrêter de nous victimiser et aller de l’avant, continuer à tout remettre en question , se mobiliser autour de notre propre cause et marquer notre temps.